Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 18:19

Fiches de listes arrachées, des agents absents, des kits manquants parce que en panne, des populations désabusées ; tel est en résumé, le constat effectué à Parakou pour ce qui concerne l’opération d’enregistrement complémentaire conduite sous la responsabilité du Cos-Lépi. Des scènes qui sèment le doute dans le cœur des populations qui en arrivent à se demander à quoi jouent Sacca Lafia et ses collègues du Cos-Lépi. Et pour cause, lancée à grands renforts médiatiques, la phase de l’enregistrement complémentaire a du plomb dans l’aile. Les responsables de la structure en charge de la conduite de l’opération laissaient pourtant croire que tout avait bien commencé et qu’il n’y avait plus matière à inquiétude. A beau mentir qui vient de loin! Il fallait être sur le terrain pour se rendre compte que tout n’était que bobard. Non seulement l’affichage des listes n’a pas été effectif dès les premiers jours, mais aussi et surtout il a fallu attendre 6, voire 7 jours après lancement de l’opération pour voir bon nombre de lieux d’enregistrement complémentaire pourvus en kits. 6 ou 7 jours alors que la durée de l’opération est de 10 jours. Autrement dit, il ne reste plus que 3 jours pour que de milliers de personnes se fassent enregistrer par les agents du Cos-Lépi. Cette situation concerne plusieurs centres de vote du 1er et 3ème arrondissement de la commune de Parakou. Tourou, Ganou, Woré, Souinrou et autres, sont touchés par cette situation. A Ganou, par exemple, les agents ont débuté leur travail le lundi passé. Une journée au cours de laquelle ils n’ont pu enregistrer qu’une seule personne avant que l’ordinateurs ne les lâche. Le lendemain, la même mésaventure a failli encore stopper les travaux. Interrogé sur ce qu’ils font dès que leur machine déconne, l’un des agents a déclaré qu’ils ramènent la machine en panne au siège de l’arrondissement où ils se font chambrer par les informaticiens qui auraient dû descendre sur le terrain pour venir à leur rescousse dès le moindre pépin. Bien décidés à accomplir leur devoir citoyen, des Parakois subissent de plein fouet, les conséquences de la mauvaise organisation des opérations techniques du Cos-Lépi.

Akkilou Yacoubou

(Le Canard de la Semaine N°100 du 20/11/2014)

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !