Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 15:18

Les fêtes de fin d’année sont des moments pendant lesquels les gens cherchent les moyens pour se faire de l’argent. Ce qui fait que parfois, tous les moyens sont bons pour y parvenir, pour renflouer ses poches ou tirelires. Et chacun sait comment il parvient à ses fins car « le succès est la somme de petits efforts, répétés jour après jour » affirme Leo Robert Collier. C’est dans cette optique qu’une jeune femme a décidé de renouer avec ce qui lui a toujours procurer de l’argent. Dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre 2014 à Glo-Djigbé, une jeune femme faisait le tour des camions chargés en partance pour les pays de l’hinterland pour proposer à ses interlocuteurs la seule marchandise qu’elle avait à sa disposition, son sexe. Dans sa quête de sous pour les fêtes de fin d’année à travers les différents camions gros porteurs en stationnement, la jeune femme réveilla un homme couché devant son camion. L’homme réveillé, elle lui annonce qu’elle est à la recherche d’une personne dont elle donna le prénom. Le camionneur lui dit ne pas connaître la personne recherchée. Malgré cette annonce, la femme ne semblait pas s’en aller, c’est alors qu’elle demanda à l’homme s’il ne voudrait pas qu’elle lui « serve la bonne nourriture » qui est entre ses jambes : son sexe en contrepartie de quelque choses bien sûr. Surpris devant une telle demande, l’homme marqua une pause avant de lui demander de partir. N’obtenant pas gain de cause, il dit à la femme qu’il crierait « ô voleur ! » si elle ne disparait pas devant lui. Sentant qu’elle n’est pas tombée sur la bonne personne et que celle-ci risque de lui gâcher son business nocturne, elle prit ses jambes à son cou et disparait dans la nuit noire. Au petit, racontant sa soi-disant mésaventure à ses autres collègues camionneurs, il apprit que d’autres camionneurs ont bien joui de la marchandise à eux livrée sous leur camion. Mieux, ils racontaient leurs exploits nocturnes. Voilà qui montre que l’endurance paie toujours. Cependant, ne me demandez si les précautions de protection contre le VIH/Sida et autres maladies sexuellement transmissibles (MST) ont été prises. Tout coagulé tire sur tout ce qui lui tombe entre les jambes ; pas de temps à la réflexion. Et pourtant, c’était quand le 1er décembre.

Akkilou Yacoubou

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Société
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !