Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 11:18

A quelque chose, malheur est bon, dit-on. Mieux, à quelque chose, Charlie ou plutôt Osias Sounouvou est bon. Voilà à priori ce qu’on peut dire, au regard des derniers développements intervenus au niveau de la chaîne de télévision nationale Ortb : un débat contradictoire avec un participant de taille, le député Lazare Sèhouèto de l’Union fait la nation (Un), avec pour thème central la Lépi. Un thème non moins important, vu les attentes des populations au sujet de l’organisation des prochaines élections. Pour une première fois depuis des lustres - peut-on se permettre de dire - car la télévision nationale revient de loin, cette dernière a su bien choisir le thème qui semble annoncer l’entrée dans une nouvelle ère où d’autres voix discordantes peuvent s’exprimer en dehors du seul et unique son de cloche gouvernemental. Une pensée unique qui faisait baisser l’audience de cette chaîne au profit des autres chaines de télévision. Un tel changement n’est pas sorti de la cuisse de Jupiter. L’eau ne se fermente pas toute seule, dit une sagesse africaine. Il faut au moins une graine pour que cette eau change d’état. Et il en est de même de ce changement brusque observé au niveau de l’Ortb, résultat apparent d’un concours de circonstances puisqu’à l’allure où allaient les choses, la chaine nationale devenait un bois mort, donc difficile à redresser. Et pourtant, « le changement n'est pas nécessaire à la vie, il est la vie. » affirme Alvin Toffler. Eh oui ! Le mouvement Charlie vient d’avoir son effet sur la télévision nationale, n’en déplaise au gouvernement et ses sbires attachés à « leur chose ».

Le coup de gueule de Osias Sounouvou a tout simplement fait plié les responsables de l’Ortb qui ont décidé de s’ouvrir désormais bon gré mal gré. D’ailleurs, le directeur général de l’Ortb, Stéphane Todomé, a condamné l’acte héroïque d’Osias Sounouvou, qu’il a qualifié de faute grave. Où se trouve l’acte grave quand ce qu’on dénonce n’est que pure vérité ? Todomé a-t-il reçu les trois motions restées sans suite, et qu’a-t-il fait des interpellations ? Certainement qu’il s’est assis dessus en buvant un bonne tasse de gari mais tout en pensant à comment continuer à bénéficier de la confiance de son mentor. Sinon comment comprendre que les gens qui ont fait de hautes écoles de journalisme, sortis majors de leur promotion, se complaisent à voir leurs homologues muselés, incapables de faire correctement leur job tel qu’ils l’ont appris ? Gombo oblige !

Qu’une nouvelle ère s’ouvre à l’Ortb, cela ne peut qu’être salutaire. Et pour que la chaîne nationale ait sa véritable raison d’être ou bénéficie de l’attention des populations, il fallait qu’elle s’ouvre à tout le monde, à tous les bords possibles. Nombreux sont ces politiques qui se voyaient fermées les portes de l’Ortb, à moins que cela soit un reportage gracieusement payé et laconiquement traité afin de préserver le Boss de toutes critiques. Que cela ait commencé à changer, c’est bon ! Toutefois, est-ce pour de bon, sans aucune restriction ou crainte gouvernementale ? Voilà la question que bon nombre de Béninois se posent puisqu’à y voir de près, ce débat contradictoire animé par Christian Gnacadja peut être aussi vu comme une astuce pour endormir les passions et laisser passer l’orage ; un répit avant que la hache gouvernementale ne se manifeste de nouveau sur la télévision nationale.

Le changement fait peur et les gens on du mal à incarner le changement qu’ils veulent susciter. « Vous devez être le changement que vous souhaitez voir dans le monde. » a dit Gandhi. C’est pourquoi il faudra que la veille citoyenne demeure pour ne permettre aucun recul dans la manifestation de la liberté d’expression à l’Ortb. C’est cette de manière que le monologue ne pourra plus avoir droit de cité au Bénin. Si les autres l’ont fait, pourquoi pas nous ? Il est temps qu’on laisse les journalistes faire leur boulot comme cela se doit parce qu’il y a de la matière à faire valoir à l’Ortb

AY

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !