Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 19:32

« Tapis : 1 ; linge blanc : 3 ; chapelet : 1 ; valise : 1 ; livres religieux : 5 ; pas de produits prohibés, etc »

La liste est longue et dépend d’un pèlerin à un autre. Une liste qu’on fait avec fierté car on se dit que l’Arabie Saoudite est à côté. Malheureusement, des gens ne pourront pas malgré leur liste de couses aller humer l’air saoudien cette année aussi.

Une fois encore, on aura eu des pèlerins de Cotonou. Oui, des El-Hadj et El-Hadja de Cotonou si l’on peut ainsi dire. Cependant, n’allez pas le leur dire puisque vous risquerez d’être l’objet de représailles dont seuls la nervosité et l’état d’âme des déçus pourront déterminer l’ampleur. Le 13ème et dernier vol négocié par le BENIN, un vol FLY NAS a embarqué à son bord dimanche dernier, les derniers pèlerins en partance pour l’Arabie Saoudite. Cela aurait pu être une joie si tout le monde avait été pris en compte. Seulement, cela n’a pas été le cas. On a encore laissé des gens en rade et plus d’une centaine au détriment d’autres, hautement bien placés. Ce qui a suscité des grognes un peu partout surtout au niveau des déçus qui bien qu’ayant payé les frais demandés, n’ont eu droit qu’à être tournés en bourriques par des autorités du ministère des affaires étrangères qui auraient dû prendre les précautions nécessaires afin d’éviter cet état de choses. C’est sans compter qu’on n’était au Bénin où les gens ont toujours du mal à apprendre des erreurs passées, mêmes de leurs propres erreurs. Résultat des courses, c’est un éternel recommencement avec chaque année la promesse de mieux faire ; la promesse que les choses ne se passeront plus comme avant. Cette fois-ci, c’est le Ministre AKADIRI qui est au banc des accusés puisque les ‘’pèlerins de Cotonou’’ lui reprocheraient d’avoir ordonné leur descente immédiate de l’avion avant de les remplacer par des proches. Politiquement ce qui n’est pas bien à plus forte raison moralement et religieusement. Comment peut-on empêcher que des gens qui ont fait des jours à squatter la mosquée de Zongo d’honorer avec leurs propres frais, ce 5ème pilier de l’islam qui leur est si cher ? Il est vrai que cela est un peu récurrent mais les agissements de cette année dépassent l’entendement et mériter que le président Boni Yayi voie clair dans ce dossier car avec l’ancien ministre Bako, on n’avait pas ces genres de reproches. Et pourtant, on nous a chanté aller rencontrer les candidats au Hadj pour leur faire part de tout ce qu’ils doivent faire et des précautions prise pour que les gens ne soient pas laissées sur le carreau. À l’arrivée, c’est le fiasco. Un fiasco qu’il faudra mettre à l’actif du ministre Akadiri et s’il le faut même en faire un pin’s qu’il porterait toujours. Car c’est lui qui n’a pas bien faire sa liste de courses pour les candidats au Hadj.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actu décalée
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !