Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 22:35

L’Elysée, le Quai d’Orsay, la rue du ministère français de la coopération, etc., sont entre autres lieux qui connaissent la virée d’acteurs politiques africains quand approchent les élections présidentielles. Le Bénin n’est pas du reste dans la recherche de la bénédiction de Paris pour valoriser sa candidature à une élection présidentielle.

On a beau critiquer l’implication de l’occident dans le choix des dirigeants, jurer ne pas s’accoquiner avec le ‘’diable’’ ou le vouer aux gémonies, tout finit par ramener les postulants à la magistrature suprême à la raison. Celle de passer par Paris pour faire valoir leurs ambitions, pour on ne peut plus avoir la bénédiction des dirigeants de l’Hexagone. Les présidentiables rêvant de s’asseoir sur le fauteuil présidentiel le 6 avril prochain ne sont pas du reste car ils ne cessent de faire des tours à Paris pour consolider leur candidature et surtout maximiser le plus de points de ce côté-là avant de venir faire part de leurs cartes de visite. Actuellement, ils sont au nombre de trois, ces candidats à la présidentielle du 28 février 2016 à séjourner à Paris. Pascal Iréné Koupaki, Sébastien Ajavon et Patrice Talon. Trois grosses pointures pour ces élections dont la virée du côté des Paris ne sauraient laisser indifférent tout analyste averti de la vie politique béninoise. Et pour cause, quand on prendre premier à savoir Koupaki, on comprend aisément qu’il a aussi besoin de marquer Paris de son empreinte, lui qui parcourt chaque jour monts et vallées pour tenter de rallier le maximum d’électeurs à son concept, la « nouvelle conscience ». Un tour à Paris ferait du bien pour ce candidat appelé à recharger ses batteries en vue de cette longue et haletante bataille pour la conquête du fauteuil présidentiel en 2016. Du côté de Sébastien Ajavon, il n’est plus permis de voir seulement dans ses actions, un opérateur économique, plutôt quelqu’un qui ambitionne de succéder à Boni Yayi le 6 avril prochain. Alors que peut-il aller faire à Paris si ce n’est chercher des attaches au niveau des différentes sphères de l’Elysée et ses ramifications ? Et que dire de Patrice Talon dont la présence à Paris n’a rien d’anodin et ne saurait être considéré comme une simple balade de santé, même si par ailleurs, l’homme présente des signes de fatigabilité, suite à sa dernière sortie médiatique. Est-il allé renforcer davantage ses appuis de ce côté-là après les différentes tractations qu’il a eues ici au Bénin ? La question reste poser. Une chose est cependant sûre, c’est que Paris a encore son mot à dire dans le choix des dirigeants de pays africains encore sous sa coupe. Mais personnes n’est dupe ! A plus forte raison les présidentiables béninois priés d’aller faire leur génuflexion dans l’Hexagone, du reste le passage obligé pour devenir président.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !