Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 16:11

C’est devant une foule composé des membres du ministère en charge de la culture avec à sa tête le ministre Paul Hounkpè, des acteurs du monde culturel béninois, des parents et amis et d’autres curieux qui n’ont pas voulu se faire conter l’événement que le nouveau directeur du Festival international de théâtre du Bénin, Erick-Hector Hounkpè, a été installé dans ses nouvelles fonctions. C’est le ministre Paul Hounkpè qui a présidé la cérémonie qui a eu lieu vendredi dernier à la Salle Fitheb, ex-Ciné vog.

Alea jacta est. En d’autres termes, « les dés en sont jetés » pour que le théâtre béninois renaisse de ses cendres. Longtemps à l’agonie du fait de la crise qui secouait le Festival internationale de théâtre du Bénin (Fitheb) quant à la désignation de son directeur conformément aux textes, le théâtre est appelé à devenir comme le phénix avec la désignation par le conseil des ministres du nouveau directeur du Fitheb, Erick-Hector Hounkpè et son installation dans ses fonctions. Des actes qui scellent du coup la fin de cette crise au sommet du Fitheb. Il a été installé dans ses fonctions le vendredi 27 novembre 2015 à la Salle Fitheb. C’est le ministre Paul Hounkpè qui a voulu personnellement procéder à cette cérémonie afin de montrer non seulementl’importance que revêt le retour dans les normes du Fitheb mais aussi et surtout tout l’attachement du gouvernement à voir ce festival faire rayonner l’image du Bénin de par le monde. Il a dit : « Je n’ai pas voulu rater l’occasion parce que c’est un événement important » avant d’ajouter que « nous savons tous que le Fitheb a traversé une période tumultueuse mais fort heureusement, un dénouement couronné par la nomination d’un directeur grâce à la volonté affichée du chef de l’Etat et de son gouvernement ». Après avoir rappelés inquiétudes du gouvernement quant à cet aboutissement et évoqué le long processus pour le choix du directeur du Fitheb, le ministre Paul Hounkpè n’a pas manqué de dire tout le bien qu’il pensait d’Erick Hounkpè. Il l’a ensuite invité à relever les défis ô combien grands qui l’attendent : « Je vous pressens, je vous sens, je vous sais tout aussi capable. Mes informations m’ont bien confirmé que vous êtes un homme de défis. Et les défis sont là, d’un Fitheb à la fois rénové, grand et novateur mais concocté et réussi en un temps record parce que nous le devons tous offrir à nos paisibles populations en 2016. Nous y sommes contraints. Monsieur le Directeur, vous n’avez pas assez de temps. » Avant de l’installer dans ses nouvelles fonctions, le ministre lui a donné un délai de deux mois pour que la prochaine édition du Fitheb soit organisée, plus précisément en février 2016. En prenant la parole, le Directeur Erick Hounkpè a d’abord remercié le gouvernement du Président Boni Yayi à commencer par ce dernier et le ministre Paul Hounkpè avant d’en faire autant pour tous ceux qui l’ont accompagné jusqu’à ce couronnement dont ses parents venus rehausser de leur présence cette cérémonie. Ensuite, le nouveau directeur ne sait pas fait prier pour prendre la balle au bond en promettent d’œuvrer d’arrache pieds pour que le ministre Paul Hounkpè revive ce festival avant son départ. Enfin, après avoir demandé le soutien des anciens directeurs du Fitheb et des autres acteurs du monde culturel, il a décliné les grandes lignes de son programme, ce qu’il compte apporter au Fitheb pour son rayonnement à travers tous les cieux. Deux autres allocations dont celle du président du conseil d’administration, Happy Goudou, ayant fait une large description du processus de désignation, avaient précédé celles évoquées ici. La cérémonie a pris fin par des accolades entre le ministre et l’heureux directeur et une séance de restauration des invités.

Une cérémonie entre deux Hounkpè

C’est l’un des faits qui a marqué la cérémonie. Mais très vite, les participants ont vu leur lanterne éclairé par chacun des Hounkpè à leur prise de parole. « La politique ne va plus se mêler à certaines institutions de notre pays » a déclaré le ministre Paul Hounkpè qui s’est félicité en ces termes : « heureusement qu’il réunissait plus de points sinon on dirait ‘’affaire ko lè bio mè dé’’. Il a choisi son frère. » Le ministre a reconnu que c’est un frère du moment où il est Béninois même s’il n’est pas de Bopa comme lui. Autrement dit, tout Béninois est un frère du ministre, a-t-il voulu faire comprendre pour lever toute équivoque. Pour le nouveau directeur du Fitheb, « certains illuminés ont même trouvé que parce que nous portons le même patronyme, il ne devait pas me choisir. Et pourtant, lui qui est Hounkpè de Lobogo, dans la commune de Bopa, m’a choisi, moi, Hounkpè de Hwèdo, Calavi… Monsieur le Ministre, je voudrais vous dire merci… ». Après ces deux clarifications, toutes les lanternes étaient bien éclairées pour une cérémonie très festive.

Les grandes ambitions Directeur Hounkpè

On le connaissait comme un fin maître des mots. Un grand amoureux des lettres, un déclamateur hors pair. Et il l’a une fois encore démontré. C’est en déclinant les grands axes des réformes qu’il envisage pour le Fitheb qu’on a vu le maître à l’œuvre dans une salle conquise. Agir pour avoir une nouvelle tour Fitheb, engager un dialogue franc et fructueux avec les administrateurs du Fitheb, assainir la gestion des hommes et des fonds, professionnaliser certains postes au niveau du Fitheb, créer un centre de formation pour la reconnaissance des acquis des artistes à travers un brevet de validation des acquis des artistes pour qu’on cesse de les dégrader pour défaut de diplômes, avoir l’hôtel du Fitheb, sont entre autres les reformes envisagées par le nouveau directeur. Par ailleurs, il a rassuré les uns et les autres que le Fitheb 2016 aura bel et bien lieu sous la thématique de « L’Epiphanie démocratique » avec beaucoup d’innovations.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !