Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 23:05

C’est à travers la prise du décret 2015-592, le samedi 21 novembre 2015 que le président Boni Yayi a enfin accordé aux enseignants de la maternelle, du primaire et du secondaire leurs statuts particuliers. Un document de 224 articles qui leur reconnaît des droits et qui entre en ligne de compte pour la revalorisation de la fonction enseignante.

Même si le mets est sans grumeaux et sans viande, il vient un tant soit peu, calmer la faim. C’est ce qu’on peut retenir de la lecture du document signé par le président de la République, Boni Yayi samedi dernier. Il s’agit du décret 2015-592 qui accorde aux enseignants de la maternelle, du primaire et du secondaire leurs statuts particuliers. Ce décret qui comporte 224 articles, a été, en dehors du président la République, Boni Yayi, signé aussi par les ministres François Abiola de l’Enseignement supérieur, Komi Koutché de l’Economie et des finances, Évelyne Da Silva assurant l’intérim de son homologue de la fonction publique et Alassane Soumanou des Enseignements secondaire et de la formation technique et professionnelle. Longtemps demandés, c’est seulement ce samedi 21 octobre que ces statuts particuliers ont été signés par le gouvernement au terme du conseil des ministres extraordinaire organisé à cet effet comme cela avait été annoncé jeudi dernier lors de l’acceptation de dernières conclusions des négociations visant à satisfaire les revendications des enseignants. Des revendications qui ont entraîné la paralysie des activités scolaires pendant cinq semaines alors que la rentrée des classes venait à peine de démarrer. Des revendications brandies et annoncées comme non négociables, il y avait les statuts particuliers des enseignements maternel, primaire et du secondaire. Ainsi, au terme du document signé, il ressort que les coefficients affectés aux différentes catégories et aux avantages des Enseignants, ont été purement écartés. Autrement dit, le document signé par le président Boni Yayi et brandi comme les statuts particuliers des enseignants concernés, ne prend pas ces aspects-là. Bref, le gouvernement a signé des statuts particuliers vidés de leurs contenus. Il a simplement retiré la chair pour ne laisser les os aux enseignants. Selon le gouvernement, si les aspects écartés venaient être pris en compte, le président Boni Yayi serait forcé de « laisser des ardoises à son successeur ». Une chose que Boni Yayi ne voudrait en aucun cas. Voilà pourquoi les syndicalistes ont été contraints à ingurgiter malgré eux ce document avec ses restrictions. Toutefois, en attendant que les choses ne changent d’ici à là, les enseignants peuvent se satisfaire du payement des 1.25 pour compter de Janvier 2016. Quant aux autres revendications à savoir celles des vacataires, des communautaires, des éducatrices et éducateurs de la maternelle et du Primaire, du recrutement des Enseignants en nombre suffisant, et de la gratuité de l’enseignement dans le secondaire, le gouvernement n’y ait pas accédé favorablement. Il a seulement pris la décision de rendre gratuite la scolarité des jeunes filles jusqu’en terminale pour compléter la précédente mesure qui prenait en compte les filles de la sixième à la classe de troisième.

La fin de la paralysie ?

Les os ainsi jetés aux enseignants suffiront-ils à les faire revenir définitivement à de meilleurs sentiments ? Cette question mérite d’être posée car des grincements de dents se font entendre dans le rang des enseignants. Des grincements de dents de la part de certains enseignants qui trouvent que ce que le gouvernement a consenti leur accorder, n’est pas à la hauteur des attentes et des luttes qu’ils mènent depuis cinq semaines. Reprise ou pas ? La consultation de la base s’impose pour les responsables syndicaux car c’est ce qui pourra renseigner sur la suite des événements quant aux mouvements de débrayage qui avaient contraint le gouvernement à revenir à la table de négociations. En d’autres termes, les heures à venir permettront de déterminer comment le document signé a été accueilli et comment les mécontents pourront convaincre ou être convaincus par les autres pour une issue plus heureuse aux apprenants.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !