Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 23:41

"Ce qui s'est passé est lié au facteur humain et non à un défaut technique". C’est par ces mots que le ministre des Travaux publics et des Transports, Gustave Sonon entend couper court à toutes les allégations qui ont cours depuis l'accident d'hélicoptère transportant le Premier ministre Lionel Zinsou survenu samedi passé. Autrement dit, ce qui s’est passé est dû à une erreur humaine. C’est au cours d’un point de presse que le ministre a tenu à informer les hommes des médias et ipso facto l’opinion publique et celle internationale, des premières conclusions de l'enquête. Dans sa restitution des résultats préliminaires du crash du samedi 26 décembre 2015 au stade de Djougou, il a d’abord évoqué les dispositions prises pour la sécurisation des lieux de l’accident. Ensuite, il a donné des informations sur l’hélicoptère en question. Enfin, il annonce la mise en place d’une commission d’enquête au plus tard ce 29 décembre 2016, afin de faire rapidement toute la lumière sur les causes de la survenue de cet accident. Tout cela pour la manifestation de la vérité sur ce crash. Lire ci-dessous la déclaration du ministre Gustave SONON.


Point de presse pour restituer les résultats préliminaires du crash du samedi 26 décembre 2015 au stade de Djougou.

Mesdames et messieurs les journalistes
Je remercie tous ceux qui ont fait le déplacement et je remercie également tous ceux qui ont envoyé sous diverses formes des messages de compassion et de sympathie à la suite de l’accident de l’hélicoptère survenu le samedi 26 décembre 2015 au stade de Djougou

Nous rendons grâce à Dieu pour nous avoir épargné du pire.

Le samedi 26 Décembre 2015 aux environs de 17 heures, l’hélicoptère de type AW139 immatriculé TY-ABC s’est écrasé sur le stade Atchoucouma de Djougou.
En effet, le vol qui transportait le Premier Ministre et quatre autres passagers a décollé de Cotonou avec un équipage de deux personnes (un commandant de bord et un mécanicien) vers 15 h 25 pour atteindre Djougou aux environs de 16h55 locales.

Dispositions prises :
Une équipe d’enquête préliminaire d’informations a été mise en place par l’ANAC composée des cadres de l’ASECNA, ANAC, Forces Aériennes, Gendarmerie Nationale et s’est portée sur les lieux très tôt le dimanche 27 décembre 2015 afin de fixer et conserver les indices, recueillir les informations et prendre les mesures qui s’imposent conformément à l’annexe 13 de l’OACI relatif aux enquêtes sur les accidents.

Tous les documents d’aéronef ont été mis sous scellés de même que la boîte noire. Le carburant a été vidé des réservoirs par une équipe de la SONACOP après prélèvement et mise sous scellé.
Une ceinture de sécurité composée des forces de défense (Gendarmerie, Police, Militaires, Sapeurs-Pompiers) est mise en place 24H/24.

Circonstances du drame
Les enquêtes préliminaires ont révélé qu’il s’agit d’un accident dont les causes peuvent être affectées aux facteurs humains dû une mauvaise appréciation de la visibilité liée aux périodes de l’harmattan que connait la région septentrionale de notre pays.
Car arrivé sur les lieux et après un tour de repérage, le pilote décide de se poser dans l’enceinte du stade. Au moment de l’atterrissage, un très fort nuage de poussière s’est soulevé tout autour de l’appareil dégradant immédiatement la visibilité.
Le pilote dit sentir l’appareil rebondir sur le sol. Une procédure d’arrêt d’urgence a été effectuée et l’aéronef évacué par les occupants. Il n’y a pas eu de décès ni blessés graves. Par contre l’aéronef a subit d’énormes dégâts de même qu’un pan du mur de la clôture du stade.

Statut de l’aéronef : En état de navigabilité
Cet aéronef neuf reçu techniquement en 2014
Heures totales : Environ 293 H de vol
Immatriculé au Bénin (livrets moteurs, livret aéronef disponibles)
Son certificat de navigabilité valide, pas de visite due.
L’organisme d’entretien AEROCONTRACTOR a été agréé par l’ANAC

Assurance valide par NSIA du 27 Juin 2015 au 30 juin 2016 à 00h

Le Commandant de Bord
Nom et Prénom : DUPREZ Eric
Né le : 09 Mai 1965 à Amiens, France
Nationalité : Française
Licence : N° 5030H Nigériane, validée par le Bénin jusqu’au 31 Mars 2016.
Catégorie : Hélicoptère (multi moteur)
Certificat médical : classe 1
Nombre d’heures de vol : Environ 8 000

La suite :
Une commission d’enquête sera mise en place au plus tard le 29 décembre 2016, afin de faire rapidement toute la lumière sur les causes de la survenue de cet accident.
Mesdames et messieurs les journalistes
C’est vrai que nous sommes en précampagne électorale
Mais après tout il s’agit de notre patrie, le Bénin
Seuls ceux qui ne font rien ne se trompent.
Gardons la foi en Dieu et rendons-lui grâce
Que Dieu vous bénisse.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !