Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 20:25

Installé le 11 novembre 2015, le comité de normalisation présidé par Me Rafiou Paraïso est déjà secoué par des crises. De 7 membres, il réduit aujourd’hui à 4 membres. Une situation qui noircit davantage d’horizon du football béninois.

Retour à la case, c’est ce qu’on a tendance de dire au regard des crises qui secouent le comité de normalisation (Conor) mis sur pieds par l’instance internationale de Football, la Fifa. De 7 membres, le Conor se retrouve aujourd’hui à 4 membres. Bon nombre de situations sont à l’origine de cet état de chose et cela n’honore guère le Bénin. Réduction du nombre des membres du Conor à 5 par la Fifa, limogeage du secrétaire général, élaboration de la feuille de route, répartition des postes au sein dudit comité, choix d’un nouveau secrétaire général par intérim sont entre autres les problèmes qui vicient l’atmosphère au sein du Comité de normalisation. Une structure chargée de conjurer le mauvais sort qui semble élire domicile au sein du football béninois et ne pas vouloir en sortir. Mardi dernier, les deux membres exclus du Comité de normalisation sont montés au créneau pour mettre à nu toutes les machinations qui ont cours au sein de ce comité et qui n’augurent rien de bon pour le Football béninois. Il s’agit de Laurent Houngnibo et Médard Sessinou. Ces derniers ont dénoncé des violations flagrantes des dispositions de la FBF par le président du Conor, Me Paraïso. Selon eux, ces comportements loin de résoudre les problèmes du football béninois, ne peuvent que l’aggraver. Et à Laurent Houngnibo de déclarer que : « je constate aujourd’hui que le Comité de normalisation est réduit à 4 membres. Et puis, bon ! S’ils veulent faire leur réconciliation à 4 membres, ils n’ont qu’à faire leur réconciliation à 4 membres. Et puis, on constatera, on avancera ». En effet, il est annoncé la démission du vice-président du Conor, l’Ancien Dg/PN, aujourd’hui, directeur de cabinet du ministère de l’intérieur, Louis Philippe Houndégnon. En définitive, c’est avec amertume qu’il est permis de constater que la traversée du désert annoncée avec la mise en place du Conor, n’est pas pour demain. A moins que la Fifa décide de reprendre les choses en mains.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans sport
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !