Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 23:09

Hier, mercredi c’était la dernière journée consacrée à la visite médicale des candidats à l’élection présidentielle du 28 février 2016.Tous les candidats ont réussi à passer les examens demandés. Conformément à l’article 44 de la Constitution du 11 décembre 1990, les 35 candidats sont donc passés devant les médecins assermentés et installés par la Cour constitutionnelle pour les différents examens pouvant confirmer ou non leur bien-être physique et mental. Trois jours pour pouvoir déterminer s’ils peuvent réellement compétir.

Akkilou YACOUBOU

Enfin, les yeux sont tournés vers les sept sages de la Cour constitutionnelle. Ils devront analyser minutieusement les rapports que leurs déposeront les 3 médecins assermentés qui ont eu à examiner chacun dans son domaine. Chacun des 35 candidats encore lice pour l’élection présidentielledu 28 février 2016.Seul juge capable de valider ou d’invalider les candidatures, la Cour constitutionnelle doit se prononcer dans les jours à venir. Et c’est à partir de ce moment-là qu’on saura ceux qui sont habiletés à participer à cette course à la Marina. Une annonce très attendue par les populations car cette élection s’annonce très disputée. Depuis le lundi 25 janvier jusqu’au 27 janvier 2016, les 35 candidats se sont prêtés aux différentes analyses comptant pour la visite médicale conformément à l’article 44 de la constitution béninoise. Et, dès lundi dernier, après une séance d’échange avec le président de la Cour constitutionnelle, Théodore Holo, ils ont été répartis en trois groupes selon l’ordre de dépôt des dossiers de candidature à la Commission électorale nationale autonome (CENA).A partir de cet instant, les différents groupes ont commencé par se soumettre aux différents tests répartis à savoir : les prélèvements de sang et d’urine au siège de la Cour constitutionnelle, les examens comme l’électrocardiogramme au Centre national hospitalier et universitaire (Cnhu) Hubert K. Maga pour et l’imagerie médicale au Centre Sèzo. Ainsi, en groupe, les candidats défilent au niveau de ces lieux pour faire les examens les concernant. Pour la seconde journée, bon nombre ont fini avec les prélèvements et les différents examens au niveau du Cnhu. Au cours de la dernière journée, du mercredi 27 janvier 2016, les derniers les tests d’imagerie médicale au Centre Sèzo ou autres ont été faits. De la première journée à la dernière journée, les candidats étaient confiants de l’issue de la visite médicale. Chacun se disaient ne pas avoir de soucis à se faire quant à son état de bien-être physique et mental comme le recommande la constitution du 11 décembre 1990 pour tout prétendant au fauteuil présidentiel. C’est pourquoi les 35 candidats n’ont pas hésité à se confier aux médias afin de rassurer leurs partisans.

Propos de quelques candidats

Patrice TALON à propos de la visite médicale à l’issue de la journée du 25 Janvier 2016
« Nous pouvons dire que ça se déroule très bien. On a passé la médecine générale, après le cardiologue et puis le psychiatre. Nous allons finir demain ou après demain au plus tard, parce qu’il y a beaucoup de candidats, donc, c’est un peu laborieux. Vous savez que c’est un long processus. La seule fausse note à mon avis, c’est le faite qu’il faut payer un montant pour les examens. On aurait dû être prévenu parce que bon nombre étaient arrivés sans prévoir cela. Et bien moi-même d’ailleurs. En somme, on peut avouer que l’ambiance était vraiment fraternelle entre candidats que nous sommes. Très satisfait et donc apte à diriger ce pays ».

Abdoulayé Bio TCHANE à propos de la visite médicale à l’issue de la journée du 25 Janvier 2016.
"Très, très bien, nous avons vu les principaux médecins, le généraliste, le Cardiologue et la psychiatre. Alors j’attends avec sérénité les résultats. Il reste juste quelques analyses à faire et je serai à l’hôpital au CNHU. Moi, je suis en forme comme vous pouvez le constater".

Marie-Elise GBEDO à propos de la visite médicale à l’issue de la journée du 25 Janvier 2016.

« La visite médicale s’est bien passé, j’ai fait la prise de sang, c’est-à-dire la médecine générale et ensuite je suis passée chez la psychiatre. Nous avons la possibilité de continuer au CNHU. En tout cas c’est une analyse générale. C’est pour voir si vous réagissez bien et si vous avez la capacité de diriger ce pays. Quand on me regarde, à vue d’œil on sait que je suis apte à diriger ce pays. Nous sommes toujours dynamiques. Je peux monter les escaliers. Quand j’étais au ministère de la justice, je ne prenais jamais l’ascenseur. Je préfère les escaliers. Je suis sportive et donc je me sens en forme ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !