Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 23:51

(Il passe de 80e à la 83e)

L’indice de perception de la corruption 2015 de Transparency International a été publié hier, mercredi 27 janvier 2015 à Berlin en Allemagne. D’après ce classement, le Bénin a reculé. Le pays passe de la 80e place en 2014 à la 83e place en 2015. Une situation qui est le reflet de ce qui s’est passé au cours de l’année écoulée.

83ème, c’est la place qu’occupe le Bénin dans le classement 2015 de Transparency International publié hier mercredi 27 janvier 2016. Selon l’indice de perception de la corruption 2015, il régresse de trois places car il passe de la 80e à la 83e place. Une place due à la baisse de sa note comparativement à 2014. En d’autres termes, le Bénin a un indice de 37 en 2015 contre 39 en 2014. D’après Tranparency International, dans l’ensemble, deux tiers des 168 pays évalués pour l’indice 2015 obtiennent une note inférieure à 50, sur une échelle allant de 0 (perçu comme fortement corrompu) à 100 (perçu comme très peu corrompu). Un groupe auquel le Bénin appartient d’office car il est encore très loin de la moitié de la note suprême. L’indice de perception de la corruption 2015 révèle que le Bénin 83e, se situe juste après la Zambie et juste devant l’Albanie. Toutefois, il est au même rang que la Chine, la Colombie et le Sri Lanka. Ce qui est loin de susciter des applaudissements d’autant plus qu’il y a des pays qui ne cesse de faire des progrès comme l’Ile Maurice. De plus, la corruption ne fait qu’appauvrir les populations au détriment d’une petite minorité.

Une évidence ?

On se réjouissait d’avoir fait des progrès en matière de lutte contre la corruption et surtout d’avoir su les utiliser pour convaincre les Américains. Ce qui a permis au Bénin d’obtenir le 2ème compact du Millenium Challenge Account. Joie de courte durée car en sourdine, le mal s’ancrait encore davantage, enfonçait en profondeur ses griffes dans la chaire des pauvres Béninois. Les pauvres car les autres, bien placés, bien en chair et haut placés se moquaient pas mal de ce qu’enduraient les populations cherchant le strict minimum pour pouvoir non pas vivre mais survivre. Et pour cause, la corruption a encore pris de l’ampleur au cours de l’année écoulée. C’est ce que révèle ce classement. A voir clair, ce ne sont pas des raisons qui manquent. Au contraire, tout bon analyste de la politique béninoise doit avoir tout au moins en souvenir l’Affaire PPEA 2 qui a conduit le ministre Barthélémy Kassa à la démission et la suspension de la coopération néerlandaise au Bénin en son temps. Cette affaire devenu le plus gros scandale financier de 2015, a longtemps défrayé la chronique car même devenu député, l’ancien boucantier du gouvernement Yayi a failli voir son immunité parlementaire levée pour les besoins de l’enquête. Une enquête qui jusque-là piétine et personne ne sait où cela débouchera un jour. Comme si cela était comme un encouragement pour l’expansion de ce fléau alors que « La corruption peut être éliminée si nous œuvrons tous ensemble. Pour éradiquer les abus de pouvoir et les pots-de-vin et faire la lumière sur les accords secrets, les citoyens doivent, ensemble, dire à leurs gouvernements que cela suffit. » selon Transparency international.

A moins que le nouvel homme fort du Bénin à partir du 6 avril 2016 daigne en savoir plus sur ce dossier pour que les mis en cause soient punis selon la rigueur de la loi. De toute façon, cette 83e place du Bénin vient encore révéler au président béninois, Boni Yayi qu’il est encore loin de celui qu’il souhaite. En d’autres termes, c’est un autre échec.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !