Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

29 janvier 2016 5 29 /01 /janvier /2016 00:26

Depuis hier, c’est connu que le Bénin fait face à une épidémie de fièvre hémorragique à virus Lassa. C’est qu’a annoncé le Ministère de la Santé, par la voix de son Secrétaire général, Christian Boni Chaffa.

Ce qui était depuis quelques jours une rumeur, est désormais officiel. Le bénin est effectivement touché par la fièvre à virus LASSA. C’est ce que les autorités du ministère de la santé ont confirmé hier par la voix du Secrétaire Général dudit ministère, Christian Boni Chaffa. Au vu des cinq cas détectés dont un s’est révélé positif au virus Lassa après analyse des prélèvements, « notre pays traverse une épidémie de la fièvre hémorragique Lassa. » a-t-il déclaré. Et c’est la zone sanitaire de Tchaourou dans le département du Borgou qui vient d’être frappée par ce virus. La commune de Tchourou fait corps avec le Nigéria où sévit cette fièvre hémorragique Lassa. Il s’agit principalement de deux de ses Etats en épidémie à savoir : les Etats d’Oyo et de Niger sont frontalier avec le Bénin. Le bilan du côté nigérian s’élève à 172 cas, 157 cas confirmés et 83 décès à la date 26 janvier. Avec un tel bilan, il y a lieu de prendre les mesures qu’il faut pour limiter l’expansion de cette épidémie. C’est pourquoi on annonce que des mesures sont prises pour la prévention et le contrôle de cette épidémie. Autrement dit, les directions départementales du Borgou-Alibori et des Collines sont en alerte pour que le pays ne connaisse plus d’autres cas. Toutefois, les autorités du ministère de la santé appellent les populations à la prudence. Le Secrétaire Général du ministère de la Santé, Christian Boni Chaffa est revenu sur des mesures que son ministre de tutelle tient à faire connaître au grand public. « Nous vous invitons à faire bon usage des mesures et règles de prévention telles que : Se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon; Eviter tout contact avec une personne suspecte ou malade de la fièvre Lassa; Eviter tout contact avec les selles, l’urine, la salive, la sueur, les vomissures et les objets souillés d’une personne suspecte ou malade de la fièvre Lassa; Ne pas toucher le corps ou les liquides corporels d’une personne suspectée d’être décédée de la fièvre Lassa (surtout lors des rites funéraires); Bien fermer les réserves de nourriture dans la maison et éviter la manipulation et la consommation des rats. » a rappelé le Ministre de la Santé, Pascal Dossou Togbé. Pour le ministère de la santé, ces mesures d’urgence visent à éviter la contamination de la grande masse.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Egly Bernard 19/04/2016 18:15

Lire :fièvre de lassa, du Dr. Samuel Saltzmann
Le Docteur Saltzmann, est mon cher beau-frère, et lors de sa coopération au Bénin il y a une trentaine d'années, a observé un cas précis de cette virulente fièvre, et en a fait sa thèse .

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !