Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

29 janvier 2016 5 29 /01 /janvier /2016 00:25

Le président de l’Assemblée Nationale, Me Adrien Houngbédji était hier, jeudi 28 Janvier 2016, sur les plateaux de l’ORTB pour décrypter l’actualité nationale. Une occasion au cours de laquelle il n’a pas hésité à déverser sa bile sur le président Boni Yayi qui ne lui a pas permis d’avoir la chance de diriger le Bénin.

L’homme qui a retrouvé son droit de parole sur la télévision nationale Ortb, n’est pas allé du dos de la cuiller pour tirer sur tout ce qui ne lui agréait pas. Particulièrement le président sortant, Boni Yayi en a pris pour son grade au cours de l’entretien qu’il a accordé hier à la télévision nationale. Même si aujourd’hui, il se retrouve dans le même camp que Boni Yayi, il ne l’a pas ménagé au cours de l’occasion qu’il a eue pour donner les raisons qui justifient le soutien du Parti du renouveau démocratique (Prd) au candidat pour la présidentielle du 28 février 2016, Lionel Zinsou. D’abord, il est revenu sur la présidentielle passée. « En 2011, Yayi Boni n’a pas gagné les élections. C'est nous qui avons gagné... Et la Cour Constitutionnelle a proclamé Yayi Boni président » a affirmé Me Adrien Houngbédji. Des propos défendus au nom de ce qu’il qualifie de liberté d’expression et de liberté d’opinion que garantit la Constitution du Bénin lorsque les journalistes ont voulu l’amener à reconnaître la décision de la Cour constitutionnelle. Ensuite, il a affirmé que le soutien du Prd à Zinsou n’est un soutien à Yayi qui n’a plus que quelques semaines à passer à la tête du pays. Autrement dit, le Prd est un pays opposé à la gouvernance Yayi : « Nous sommes opposants à Yayi Boni » clame-t-il. Mais il se refuse à rester dans l’opposition après le départ de celui-ci d’où cette coalition visant à porter au pouvoir Lionel Zinsou. Comme si cela ne suffisait pas, il a enfoncé davantage son dard sur Boni Yayi dont l’élection selon lui n’est que le fruit d’un accident. A cet effet, il dit : « Vous les jeunes, soyez patients. On ne devient pas Président de la République comme l'a été Yayi Boni accidentellement. Yayi Boni, c'est l'accident de l'histoire ». Bien qu’il veuille s’en prendre à son souffre-douleur, le président du Prd oublie aussi que la vie ne se déroule pas selon les plans qu’on établit. Il est un exemple de ce qu’il veut mais que les Béninois ne veulent. En tout cas, pour le moment, un homme politique pur-sang. Enfin, Maître Adrien Houngbédji, s’en est pris aux journalistes de l’Ortb tout en sachant bien que derrière leurs actions de ne pas ouvrir leurs antennes à l’opposition, il y a la main du pouvoir. Après tout, n’est-ce pas son soutien à Lionel Zinsou qui lui a peut-être permis de retrouver son droit de parole ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !