Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 04:19

(Les populations toujours déboussolées)

A dix jours de l’élection présidentielle du 6 mars 2016, les populations des départements du Mono-Couffo, de l’Atacora-Donga et du Zou-Collines ne savent pas si elles pourront accomplir leur devoir citoyen comme cela se doit. En attendant ce jour fatidique du scrutin, l’heure est à la distribution des cartes d’électeur biométriques. Une opération qui se fait malheureusement désirer dans ces départements alors que la loi prévoit une distribution des cartes pendant deux semaines. Si dans certaines zones, les gens commencent à entrer en possession de leur carte, c’est l’attente empreinte d’une grande impatience dans le Mono-Couffo, l’Atacora-Donga et le Zou-Collines.

Il faut être un sorcier pour jurer de la bonne tenue de l’élection présidentielle du 6 mars 2016. L’inquiétude ne cesse de grandir dans le cœur des populations. Nul ne peut aujourd’hui lever le moindre pour dissiper cette inquiétude qui devient de plus en plus une évidence. Alors qu’on approche inexorablement de la date fatidique du 6 mars 2016, certains électeurs se demandent s’ils peuvent réellement accomplir leur acte citoyen. Il s’agit du vote pour le choix du prochain locataire de la Marina. Certes, les populations des départements du Zou et des Collines ne sont pas les seules dans cette situation présidentielle mais la lenteur observée dans la réalisation des cartes amène à s’inquiéter. Une lenteur criarde qui déjoue tous les pronostics sur une totale satisfaction des potentiels électeurs pour ce scrutin si crucial. Il suffit de prendre en compte les départements pris en compte pour le moment par l’opération de distribution des cartes d’électeur pour constater que ce processus est émaillé d’irrégularités. De plus, dans ces départements, il y a des postes de distribution qui n’ont pas encore commencé à distribuer les cartes de ceux qui doivent voter à leur niveau. Et bien que la réalisation des cartes prenne du temps, les produits élaborés sont loin d’être fiables. Malheureusement, bon nombre de cartes comportent beaucoup d’irrégularités. Des irrégularités qui sont loin de trouver des solutions rassurantes. Dans ces conditions où les choses ne se font pas comme elles devraient l’être, les populations de plusieurs départements sont loin de flairer l’odeur de la carte d’électeur biométrique qu’on leur vantait si bien. Il s’agit des populations du Mono-Couffo, de l’Atacora-Donga et du Zou-Collines. A dix jours de l’élection présidentielle, ces populations ont donc le droit de s’inquiéter, ou de se sentir lésés par les acteurs en charge de la réalisation des cartes d’électeurs. A moins de deux semaines de la présidentielle, ces populations se demandent si le code électoral sera réellement respecté. Soit on reporte à nouveau le scrutin du 6 mars prochain, soit le Centre National de Traitement (Cnt) réalise le miracle d’une totale distribution des cartes d’électeur en un temps record, c’est-à-dire une distribution en quelques jours. Des alternatives possibles mais qui jusque-là ne sont pas l’ordre du jour. On ne fait que demander la patience aux populations en les rassurant d’un imminent début de distribution des cartes. Quand en réalité ? C’est la véritable question que bon nombre personnes se posent dans le Mono-Couffo, l’Atacora-Donga et le Zou-Collines car c’est à un perpétuel lendemain qu’on les renvoie. Six départements non encore servis à dix jours de la présidentielle alors que les couacs sont enregistrés dans les départements où l’opération a débuté, la situation dévient une véritable équation à plusieurs inconnus. Pour le moment, le Centre National de Traitement (Cnt) continue de faire son travail en attendant que la Cour constitutionnelle ne propose sur ce qu’il faille faire pour sauver ce processus à vau-l’eau : un nouveau report ou l’utilisation des anciennes cartes déjà évoquée. De toute façon, un autre report ne surprendrait personne puisque cela semble devenir une habitude.

Réaction de quelques personnes sur cette opération

Christophe Mègbédji, maire de Klouékanmè

Ceux qui ont déjà reçu leur carte d’électeur sont déjà dans des conditions d’aller voter. Psychologiquement, ça joue un rôle important. Chez nous ici, on ne sait pas vers qui aller pour voter. On n’a même pas les cartes d’électeur pour voter. Pourquoi se gêner ? On n’est pas dans les mêmes conditions que les autres citoyens des autres départements ? Et ce n’est pas bien.

Joseph Amanvi Anani, maire d’Athiémé

Je ne pense pas que les gens vont penser à nous avant le 6. Je ne suis pas pessimiste mais je regarde ce qui se passe un peu dans le pays. Je ne suis pas sûr que Athiémé puisse disposer de carte avant le 6 mars. Ça je n’en suis pas sûr.

François Labo, président de la Commission communale d’actualisation de la Lépi

La distribution de la carte d’électeur n’a pas commencé à Djougou à l’instar des communes de l’Atacora parce Djougou se situe dans la même aire géographique que l’Atacora, donc Atacora-Donga. Donc, nous attendons que le CNT nous invite à retirer les cartes… les cartes sont toujours en cours d’impression. Si le CNT avait fini d’imprimer les cartes, il n’y a pas une raison pour que les cartes soient au CNT. Tout le peuple béninois en principe sait que les cartes sont en cours d’impression…

Martin Assogba, président de l’Ong Alcrer

Tout est inquiétant. Ça c’est de l’inquiétude. Nous ne sommes pas sûrs de la suite que nous réserve la fabrication des cartes. J’aurais appris que la Cour constitutionnelle a déjà pris une décision en demandant aux populations d’apprêter leur ancienne carte d’électeur. Moi, je pense que c’est à ça qu’il faut maintenant encourager les gens à rechercher leur ancienne carte d’électeurs pour qu’ils puissent au moins aller exprimer leur vote parce que ce qui se passe, ce n’est pas sûr, ce n’est pas certain que tout le monde puisse avoir la nouvelle carte. Les zones pour lesquelles on n’a même pas encore commencé l’impression des cartes, il faudrait que c’est populations-là commencent pas chercher leurs anciennes cartes parce qu’il y en beaucoup qui les ont mises là où ils ne se souviennent plus. Ils n’ont qu’à rechercher s’ils ont envie véritablement de faire, d’exprimer leur point de vue par rapport au choix e celui doit aller à la Marina pour le 6 mars prochain.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !