Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 05:05

Nommé par décret N°2011-031 du 7 février 2011 et installé 28 février 2011, Ousmane Batoko a vu son mandat à la présidence de la Cour suprême arrivé à expiration sans aucune prise d’un nouveau décret. Ainsi depuis hier, ce dimanche 28 Février 2016 à 00heure, le poste de président de la cour suprême est effilement vacant.

«Le président de la Cour suprême est nommé pour une durée de 5 ans par le président de la République après avis du Président de l’Assemblée nationale, parmi les magistrats et les juristes de haut niveau, ayant quinze ans au moins d’expérience professionnelle par décret pris en Conseil des ministres». C’est ce que stipule l’article 133 de la constitution du 11 décembre 1990. Et c’est conformément à cet article que président de la République, Boni Yayi, par le décret N°2011-031 du 7 février 2011a nommé Ousmane Batoko au poste de Président de la Cour Suprême du Bénin. Ce denier ayant prêté serment dans la matinée du lundi 28 février 2011 pour prendre officiellement service dans la soirée du même lundi, 28 février 2011, a vu depuis le samedi 27 février 2016 à minuit, son mandat prendre fin. Autrement dit, depuis hier dimanche 28 février 2016, le Bénin ne dispose plus d’un président à la tête de Cour suprême. Un vide juridique que le président Boni Yayi n’a pas su éviter. Et pour cause, qu’il n’en soit pas ainsi, il aurait dû prendre autre décret soit pour confirmer Ousmane Batoko soit pour en nommer un nouveau. Rien de tout ça n’a été fait. Que s’est-il passé pour que Yayi n’ait pas pris à temps le décret en question ? Où sont passés ses conseillers pour n’avoir pas pu éviter au Bénin de se retrouver du jour au lendemain et ce depuis hier dimanche 28 février 2016, sans président à la tête de la Cour suprême ? Est-ce la campagne électorale pour la présidentielle du 6 mars prochain qui a fait en sorte que le gouvernement n’a pas vu venir l’expiration du mandat de Ousmane Batoko ? De toute façon, Ousmane Batoko qui est à son premier mandat à son poste, a peut-être la chance de se voir confirmer à son poste. Mais, cela, seul Yayi en détient la clé. D’ailleurs, il faut se demander si les gens ne se préoccupent pas plus d’autres choses que de la prise d’un décret confirmant ou infirmant Batoko à son poste.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !