Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 09:42

Du 19 février au 04 mars 2016, les 33 candidats dans la course au fauteuil présidentiel du Bénin, ont parcouru le pays de long en large pour ceux qui ont les moyens. Murs, routes, pistes, sentiers et autres portent les traces de leur passage vu l’insalubrité qui y règne au terme des deux semaines de campagnes. Lionel Zinsou, Pascal Irénée Koupaki, Abdoulaye Bio Tchané, Patrice Talon, Sébastien Ajavon et les autres ont simplement pollué le pays sans y prendre garde.

Akkilou YACOUBOU

Pendant deux semaines, ils auront déployé toutes leurs forces afin de réussir qu’ils envisageaient : séduire les populations. Affichages sauvages sur les lieux conseillés comme déconseillés, les partisans des candidats n’ont pas chômé pour montrer leur occupation de terrain. Une pollution environnementale au rendez-vous due aux différentes caravanes qui circulent sans cesse à travers les villes et campagnes. Des caravanes qui s’illustrent dans une pollution sonore à cause des sons quelles diffusent afin qu’on puisse les entendre des kilomètres à la ronde. Jusqu’à des heures indues, ces sons continuent d’être diffusés non seulement au niveau des caravanes mais aussi sur des mieux d’animation où des artistes prestent souvent. A voir la sollicitation des véhicules, des bus, camions et des motocyclistes, on comprend aisément cette demande en carburant. Ce qui induit une pollution de l’air. Pour tout couronner, c’est le lancement des affiches des candidats dans la nature par les occupants des caravanes qui ne font pas dans la dentèle. Il ne s’agit plus de distribuer à leurs sympathisants leur affiches ou prospectus mais de les jeter en l’air afin que les gens puissent savoir que tel candidat est passé par cette artère-là. Est-ce que les objectifs sont atteints ou pas ? Nul ne peut le dire. Toutefois, on ne peut que constater avec amertume l’insalubrité des axes routiers jonchés d’affiches. A cela, il faut ajouter les déchets issus des affichés déchirées. Bref, tout ce qui est fait, concoure à la population de villes et campagnes. Une pollution causée et bien encouragée par ceux qui promettent un mieux-être aux Béninois, mais qui pour le moment, sont prêts à tout gâter afin de prétendre y remédier. Certes, on ne fait pas d’omelette sans casser les œufs, mais rien n’empêche Lionel Zinsou, Pascal Irénée Koupaki, Abdoulaye Bio Tchané, Patrice Talon, Sébastien Ajavon et les autres candidats d’avoir tout de même un minimum de respect envers la nature, envers le pauvre contribuable béninois dont l’argent sera puisé pour mettre au propre tout leur bazar.

‘’Cette publication a été réalisée par Redhorse

Reporters avec le soutien de Journalismfund.eu’’

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !