Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 06:35

1991 : Rebond de la balle, Soglo s’en saisit et dribble Kérékou et marque. 1996, feinte magistrale de Kérékou, qui sème son adversaire de toujours Soglo et marque. Bis repetita en 2001. En 2006, Yayi dribble Houngbédji et réussit un tir de 75 mètres. 2011, il réussit un lob dès la première minute. Et 2016, semé en première partie, Patrice revient en force en seconde partie et marque d’une Talonnade de 65 mètres. Zinsou ne peut que constater les dégâts…

25 ans après avoir insufflé à travers l’Afrique le vent des conférences nationales sur la démocratie, le Bénin continue de faire son petit bonhomme de chemin. Dimanche dernier, il l’a encore démontré à la face du monde. Alors qu’on s’attendait à une présidentielle de tous les dangers, elle a été une présidentielle de toutes les surprises. Des surprises en grande partie heureuses. La grande surprise a été de connaître en l’espace de quelques heures après la fermeture des urnes, le nom du vainqueur de cette bataille qui opposait Lionel Zinsou de l’Alliance Républicaine à Patrice Talon de la Coalition de la Rupture. Une première en 25 ans de démocratie. Une première aussi pour un candidat vaincu qui reconnaît bien avant les instances chargées d’annoncer les grandes tendances et de proclamer les résultats de la présidentielle, sa défaite. Une première encore pour le Bénin où le vaincu a appelé le vainqueur pour le féliciter de sa nette victoire et lui souhaiter une bonne chance dans la mission que le peuple béninois a décidé de lui confier. Une première où les ratées ont été insignifiantes par rapport au passé. Et on peut se permettre de dire que tout a été parfait. Certes, la perfection n’est pas de ce monde mais la présidentielle du dimanche 20 mars y tend quand même. Transparence, sérénité dans les opérations et célérité pour que les résultats sortis des urnes soient vite connus et surtout envoyés à qui de droit. Chapeau bas à ce peuple qui a vu les gens brûler la chandelle par les deux bouts pour la séduire mais qui ne s’est pas si tant laissé aller. Que les politiques comprennent leur douleur, c’est bien. Le peuple est un grand professeur qui sait ce qu’il veut. Il a choisi dribbler les Goebbels de la refondation pour d’un coup de Talon faire place au vent de la rupture. Et cela tout en douceur afin qu’il n’y ait aucune ambigüité ! C’est ça une maturité démocratique. Ce peuple est magnifique et il faut avoir peur de ce lui car il fait et défait tout en un laps de temps. Bref, commençons à chausser nos Talons pour le 6 avril à venir. Alors, tout le monde en Talon !

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !