Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

11 mars 2016 5 11 /03 /mars /2016 07:15

En attendant la Cour constitutionnelle, Lionel Zinsou va au second tour. Il sera opposé à l’homme d’affaires Patrice Talon le 20 mars prochain. Vu la répartition des voix au premier tour, c’est une chasse aux candidats éliminés surtout Sébastien Ajavon, qui bat son plein.

Akkilou YACOUBOU

Après les sondages au sortir des urnes et les grandes tendances annoncées par la Commission électorale nationale électorale (CENA), les yeux sont rivés sur la Cour constitutionnelle. Elle seule a encore le destin des candidats en mains car comme le stipule l’article 348 du Code électoral de 2013 : « La Cour Constitutionnelle veille à la régularité de l’élection du Président de la République, examine les réclamations, statue sur les irrégularités qu’elle aurait pu par elle-même relever et en proclame les résultats définitifs conformément à l’article 117 de la Constitution. » Donc, il est attendu qu’elle se prononce afin que les candidats arrivés en tête puissent commencer à se préparer en vue du second tour. Un second tour inévitable pour cette présidentielle dont le Code électoral fixe les conditions dans le premier alinéa de l’article 333 : « Le Président de la République est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés. Si celle-ci n’est pas obtenue au premier tour de scrutin, il est procédé, dans un délai de quinze (15) jours, à un second tour. » Autrement dit, les Béninois se rendront le 20 mars prochain aux urnes pour choisir enfin le successeur de l’actuel président de la République, Boni Yayi. Et le schéma qui se dessine est qu’on aura une opposition entre l’actuel premier ministre Lionel Zinsou, le candidat de la mouvance, et l’homme d’affaires Patrice Talon, l’ancien magnat du coton au Bénin. A l’heure actuelle, les tractations sont en cours au niveau des deux candidats car il s’agit de réussir à tirer vers soi les autres candidats éliminés, le troisième à cette élection, le patron du patronat béninois, Sébastien Ajavon. Avec ses 23,03%, il ressort comme un faiseur de roi. De son choix dépendra le basculement du vote le 20 mars 2016. Si on tient compte des candidats regroupés au sein de la Coalition de la rupture, Lionel Zinsou a des soucis à se faire vu que Talon et Ajavon en font partie. Si les accords de la coalition tiennent, Zinsou est voué à l’échec. Les accords de la coalition pourront-ils réellement tenir face aux différents appels de pieds très alléchants ? Dans le cas contraire, il pourra jubiler. Pour le moment, Lionel Zinsou arrivé premier le 6 mars passé, voit des obstacles sur le chemin de son rêve.

‘’Cette publication a été réalisée par Redhorse

Reporters avec le soutien de Journalismfund.eu’’

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !