Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 08:48

Comparaison n’est pas raison. Et au fur et à mesure que certaines personnes prennent de l’âge, ils ont tendance à perdre de leur lucidité dans leur jugement des faits. On a beau être ce qu’on est, il faut savoir parfois contrôler ses émotions et surtout ne pas trop se laisser aller à la passion parce que tout simplement, on veut faire plaisir ou qu’on est haine viscérale contre quelqu’un. Interrogé après l’investiture du nouveau président de la République, Patrice Athanase guillaume Talon, l’ancien président de la République, Nicéphore Dieudonné Soglo s’est laissé emporter par sa rancœur envers le président sortant Boni Yayi. Il s’est fendu en des comparaisons qui ne tiennent en aucun cas pas debout. En effet, il s’est permis de comparer le Bénin à l’Ethiopie où il se serait rendu il y a quelques jours. Subjugué par la croissance économique de ce pays à deux chiffres depuis quelques années, il a vu que le Bénin devrait avoir une croissance du genre. Comme ce qu’on aime est toujours le meilleur, il s’est abstenu de dire que cette année que les prévisions à deux chiffres de ce pays ne pourront pas être atteints cette année puisque selon les prévisions, elles devraient se situer autour de 8 ou 8,5%. Les fondements de la croissance de l’Ethiopie, il ne le dit pas non plus. Mais comme il prend les Béninois pour des briques de quinze creuses, des gens sans cervelle, il tient une langue de bois en croyant que tout le monde pourra gober d’un trait tout ce qu’il dit. C’est une erreur de la part de l’ancien président ou l’ancien président maire de penser que les Béninois sont incapables de recherche. La comparaison de Soglo ne devrait pas se fonder sur des contrevérités. Il devrait dire aux Béninois comment se passe la dictature du développement qui a cours dans ce pays. Les libertés démocratiques sont-elles les mêmes comme au Bénin ? L’opposition existe-t-elle en Ethiopie ? Que causent les expropriations des terres aux familles ? Qu’en est-il réellement des zones franches et autres concessions accordées aux étrangers comme les Chinois ? Pas besoin de donner les réponses puisque ces informations sont disponibles sur le net à plus fortes auprès de certaines institutions internationales. De plus, pas besoin de revenir sur les envolées lyriques de Soglo par rapport aux initiatives de Boni Yayi par rapport au terrorisme qui a cours dans le monde. D’ailleurs, il est une réalité que depuis 1996, Soglo a du mal à gérer sa défaite. Une acrimonie en est née et le pousse souvent à s’en prendre à Mathieu Kérékou et Boni Yayi, deux mandats chacun, et de soi-disant sbires de sa défaite. En définitive, il faut reconnaitre que Soglo a toujours parlé avec une certaine aigreur quand il s’agit de Boni Yayi et surtout il se caractérise par un manque de prise de hauteur dans certaine situation, tout le contraire de Mathieu Kérékou. Ce qui est loin de de faire de lui un « elder » dont pourrait avoir besoin l’Union africaine.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !