Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

29 juillet 2016 5 29 /07 /juillet /2016 16:38

« Amis des Astres, bonjour ! Vous êtes dans une nouvelle dynamique que vous avez a choisie. Auparavant, vous voyiez la destination que vous désiriez. Mais depuis peu, le doute commence à s’installer. L’inquiétude grandissante que l’espoir. Vous ne savez plus où vous en êtes. Mais tenez-vous tranquilles, ce n’est que le début. Vous devez vous cramponnez davantage car le bateau va trop tanguer afin de déstabiliser plus d’un. Le chemin ne fait que commencer vers cette mer…. Bref, en quête de compétences… Les Astres ne sont pas clairs à ce niveau. A vous de savoir à quoi vous en tenir. Buvez une bonne bière, cela pourra vous soulager un peu… »

« Yes papa ! Jeu de jambes, ça c’est cadeau », dit l’humoriste Patson. Ça, c’est horoscope. Vrai même ! Plus flippant que tout. Déroutant que la réalité qui se déroule depuis peu. Plus un seul jour sans que les gens ne se tiennent la tête. Même si on a fini avec nos ancêtres les Gaulois, les Béninois ont parfois tendance non pas à craindre mais à voir le ciel leur tomber sur la tête. Chaque semaine, c’est le même rituel. Et encore des mécontentants. Une nouvelle fois encore mercredi dernier, la hache de la rupture a encore frappé avec son lot de décisions. Comme à ses habitudes, ses victimes sont encore nombreuses. Certes, on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Cependant, lorsque ces œufs deviennent pour la petite quantité d’huile dont on dispose, cela devient problématique. Autrement dit, nul besoin de dire que le gouvernement en place continue d’alourdir la masse de chômeurs et de détruire les emplois. Des chômeurs, il y en avait avant eux. En rajouter au lieu de solutionner devient un jeu de tout risque. En effet, on ne crée pas mais on détruit. Et c’est ce qui semble devenir le leitmotiv du gouvernement de la rupture décidé à effacer toute trace de Boni Yayi.

Avec les annulations, suppression, suspensions, cassages, concassages, et autres, les Béninois sans gagne-pain se multiplient. Il aurait été plus judicieux qu’au fur à mesure que toutes ces décisions se prennent, le gouvernement essaie de trouver du travail à cette jeunesse sans travail. Sinon la coupe serait pleine. Et le gouvernement de la rupture aura du mal à la gérer. D’où l’urgence de revoir cette manière de gouverner afin que si sobriété il y a au niveau du gouvernement, qu’il y ait du pain aussi pour le peuple. Un peuple loin des 1 703 518 FCFA et autres. Avec tout cela, les gens sont loin d’une bière bien frappée !

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !