Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 16:27

« … Décide : Article 1er : L’arrêté année 2016 N°050/MENC/DC/SGM/DRH/SA du 26 mai 2016 portant nomination du directeur général par intérim de l’Office de radiodiffusion et télévision du Bénin (ORTB) est contraire à la Constitution… » C’est le premier article des deux que compte la décision DCC 16-091 du 7 juillet 2016 de Cour constitutionnelle pour rendre justice à Stéphane Todomé. Un Stéphane sauté par les forces de la rupture alors qu’il avait été nommé directeur général de l’Ortb par décret en conseil des ministres le 10 décembre 2012 pour un mandat de quatre (04) ans devant arriver à terme le 02 novembre 2016. Qu’on ait besoin de se débarrasser d’un soi-disant Iznogood illico presto, Iznogood est toujours là même au détriment d’un non-respect de cette décision sans recours de la Cour condamnant la précipitation. La hâte extrême, hâte exagérée assortie d'un manque de réflexion ou impétuosité.

Ah oui, on voit maintenant clair. On la connaît. On l’a critiquée et reprochée au régime passé. Et qui dit précipitation, voit déjà des conséquences d’une telle action. Que ce soit en politique ou dans la vie courante, cela ne se fait pas sans grincements de dents. Parfois, on peut croire qu’on n’agit pas sans précipitation mais à l’arrivée, des choses vous ramènent sur terre quelque temps après. Et dans la vie, on a souvent cette facilité à voir chez des autres erreurs sans la reconnaître chez soi-même. Quel l’on soit aux affaires et soit confronté aux réalités du pouvoir, on devient sourd et aveugle. Certes, les hommes passent à la tête des Etats, du moins pour ceux qui acceptent ne serait-ce qu’une bribe de démocratie, mais les actes restent les mêmes. Ils continuent à se perpétuer tel ce caractère qui voudrait qu’on dise que l’Etat est une continuité. Une précipitation à la Shinkansen ou TGV.

En effet, passé le cap des 100 jours de gestion du pouvoir d’Etat, les chantres de la rupture sont à l’épreuve des réalités du terrain. Aujourd’hui, le jeu du terrain n’est plus celui du regard de la touche. Même s’il est trop de dire que la machine s’enrhume, il y a des évidences à l’image d’un Todomé vite débarqué et remplacé par l’un des animateurs du débat mal dirigé du second tour de la présidentielle 2016. Une deuxième image, un ministre qui perd son calme en lançant bang à un journaliste : « la manière dont vous posez la question est une sorte de lynchage ». Ce qui fait dire à l’autre : « quand la presse servait à déraciner Yayi, elle faisait de l’investigation… aujourd’hui, quand la presse veut comprendre ce qui se passe sous talon, Djogbénou trouve qu’elle ne fait de l’investigation… ».

A tout cela, il faut ajouter l’avalanche de nominations d’intérims à divers postes. Pour tout couronner, le préfet Modeste Toboula se met dans la danse avec sa lettre adressée au maire Léhady Soglo comme s’il n’avait rien d’autre à faire. On est où ? Franchement, « la voyoucratie est en train d’être partagée » dixit Azatassou. Je passais seulement…

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !