Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

29 juillet 2016 5 29 /07 /juillet /2016 16:33

La régulation sociale par la négociation, c’est le modèle de gestion des crises sociales que prône la Communauté béninoise de Suisse (CBS) à travers la 2ème édition du Forum Bénin Suisse dont le thème retenu est « promouvoir un dialogue social apaisé ». Cette édition qui se tiendra du 4 au 5 août 2016 à Azalaï Hôtel de la Plage, réunira 140 participants dont des représentants de la CBS, du gouvernement, des centrales et confédération syndicales, du patronat et d’anciens résidents béninois en Suisse. En effet, au vu des différentes crises qui ont secoué le pays depuis les indépendances et puisant du succès du modèle social suisse, les membres de la CBS pensent qu’il urge aujourd’hui évoluer vers un tel modèle qui est source de production de richesses et gage d’un développement économique du pays. C’est au cours d’une conférence de presse hier jeudi 28 juillet 2016 à Azalaï Hôtel de la Plage que les organisateurs de ce Forum ont exposé aux hommes des médias les différents contours de ce modèle. Selon le conférencier principal, Edgard Gnansounou, la régulation sociale par la négociation vise à gérer les confrontations sociales par la négociation et créer une culture de la négociation car c’est quand il y a une bonne culture syndicale de négociation qu’il y a production de richesses. Les contours de ce modèle sont de promouvoir une gouvernance inclusive qui met fin au modèle bonapartiste de la gouvernance, promouvoir un syndicalisme de responsabilité, co-gestionnaire des transitions socio-économiques, promouvoir la responsabilité sociale des entreprises et renforcer le rôle des associations des parents d’élèves et des associations d’usagers dans leur capacité à inciter les partenaires sociaux à trouver ensemble des solutions aux problèmes. Et les conditions de succès de ce modèle sont : le respect de la légitimité de chaque partenaire social, être courtois dans les échanges avec les partenaires sociaux, accepter la sobriété dans le fonctionnement de l’Etat, accepter les différentes sensibilités dans les limites de l’Etat de droit et de la démocratie libérale, développer une pédagogie du changement et une volonté de transformation sociale. Par ailleurs, le conférencier n’a pas manqué d’aborder la démarche à suivre pour parvenir à la mise en place d’un tel modèle. En définitive, ce qu'ambitionne la Communauté béninoise de Suisse (CBS) à travers le forum à venir, c’est œuvrer pour la mise en place d'un modèle de gestion des crises sociales qui ne cessent de secouer depuis des années. Le développement du pays en dépend, font savoir les membres de la CBS.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !