Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 14:47
  • Tchiéé, depuis quelques jours, vous êtes médiatiques ?
  • Ah, toi là, tu aimes embêter trop ?
  • C’est leçon ou bien c’est stratégie ?
  • Rien de tout ça. Et puis arrête de voir la petite bête partout, nous avons seulement…
  • C’est ça ! je comprends maintenant.
  • Passe, passe...
  • Qui est fou pour… ? T’inquiète, je passais seulement. Bon vent ! Mais attention à l’anus du coq !

On ne finira jamais. Bon ou pas, même chose ou pas, bis repetita. On replonge toujours dans les mêmes tiraillements. Si l’homme est un éternel insatisfait, le Béninois l’est encore plus. Et il ne cessera jamais de le démontrer. Quartier latin ou quartier latrine, la politique ne cesse et ne cessera de plomber le pays et continuer à faire de lui l’Albatros de Baudelaire. Ici, au lieu des grandes ailes qui empêchent l’oiseau de voler, ce sont les incessants plombs qu’on s’active à mettre sous les ailes de l’Albatros Bénin. Petit pays trop protocolaire, avant-gardiste mais toujours à la traine dans son développement. Pays de cadres même si entre-temps vu comme un désert de compétences avant de devenir une mer de compétences, le Bénin ne bénéficie pas comme cela se doit des fruits de ses nombreux enfants. Qu’ils soient au pays ou éparpillés à travers le monde, les fruits ne tiennent pas la promesse des fleurs, ces cadres compétents dans beaucoup de domaines et qui s’illustrent positivement sous d’autres cieux sans pouvoir mettre leurs compétences au profit du pays.

Enfin, le show est terminé. Chacun a sa petite idée de la chose. Fond comme forme. La note à attribuer à l’Ortb et autres. Donc, plus besoin de revenir sur ces aspects. Cependant, il y a une certitude. C’est ce besoin des nouveaux dirigeants à se faire davantage entendre par les populations. Le peuple a besoin de savoir. Et en ce sens, le constat est que la normo-communication ventilée et distillée comme marque de fabrique de la distillerie « Marina rupture » a montré ses limites en mois de quatre mois. Certes, il y avait ce besoin de se démarquer de la communication à outrance de l’ancien régime mais on ne saurait ne pas permettre aux populations de savoir ce qui se fait. Ne pas les informer avec les canaux appropriés, c’est donner caution aux réseaux sociaux d’agir comme bon semble. Et en la matière, ils en ont eu déjà pour leur compte.

En définitive, les nouveaux dirigeants aussi aiment les médias même s’ils sont fans de la strangulation ou du sadisme médiatique. Après Goebbels et l’agonisante normo-communication, quoi donc ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !