Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 05:58

  ( C’est Yayi qui va se pendre)

Eric Tchiakpè

 

Des dizaines de minutes, plus de deux  heures d’entretien à bâtons rompus, c’est le résumé non commenté de la rencontre qui a eu lieu entre l’ancien chef d’Etat, le Général Mathieu Kérékou et  celui qui, durant 4 ans, a été son  ministre des finances et de l’économie. Une rencontre commencée en fin d’après-midi hier mercredi et qui s’est achevée   au cœur de la nuit. Au cours  de ce long tête à tête, il a été évidemment question de la candidature de Abdoulaye Bio Tchané à la présidentielle de Mars 2011. Un projet de candidature né des nombreuses sollicitations des populations béninoises, lassent de se voir menées comme des esclaves de montagnes et fatiguées d’attendre une émergence  économique devenue naufrage économico-financière. En effet, présent à Cotonou dans le cadre de la Tabaski, le président de la Banque ouest-africaine de développement (Boad) dont la candidature est  désormais connue  de tous, en a profité pour rencontrer un nombre important de sympathisants et pour rendre une visite de courtoisie à son aîné et ancien patron, le Général Mathieu. Ce dernier bien qu’en apparence retiré des affaires publiques,  continu d’avoir  un regard acéré  et clairvoyant sur les acteurs politiques et d’avoir un avis qui compte. C’est d’ailleurs ces qualités et pour son charisme que l’actuel chef de l’Etat béninois a,  à plusieurs reprises,  tenté de se rapprocher de son prédécesseur. Même s’ils se sont de ce fait vus plus d’une fois,  les  échanges entre les deux hommes  n’ont jamais dépassé le simple cadre des civilités malgré les promesses très insistantes et parfois lourdes de Yayi. En dépit de cette cour ostentatoire et envahissante, le Kaméléon fidèle à lui n’a pas cédé aux chants des sirènes. C’est alors que pour marquer son adhésion et même son avis favorable au projet de candidature de son hôte du jour, l’ancien chef de l’Etat  est resté  longtemps  avec  son hôte afin que les barbouzes à la solde du pouvoir,  puissent rendre compte à Yayi de ce que le Kaméléon  a déjà fait son choix. Un choix de raison et probablement d’amour.

 

En attendant, c’est le prince du Changement grippé  par tant d’honneur pour son plus redoutable adversaire, qui essaiera de répliquer  du tac au tac, en tentant  d’arracher  un long entretien avec son prédécesseur. Peut-être pourrait-il l’obtenir.  Seulement,   il y a peu de chance que Kérékou l’adoube comme il l’a fait pour Abdoulaye Bio Tchané. Ce qui ‘’va tuer’’ Yayi de jalousie et  est  déterminant pour la suite des événements.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !