Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 05:56

 

C’est la recherche de l’axe de l’effort et de l’autovictimisation qui serait en dessous de cet événement  que l’ex-enfant terrible de la Renaissance du Bénin qualifie de montage pour déstabiliser l’adversaire. En effet, la conférence de presse organisée hier par le président du parti Restaurer l’Espoir et dont le thème principal est ‘’Alerte sur les risques de la prédation de la paix pour l’intérêt national’’ a tourné essentiellement autour du cambriolage du siège de la Renaissance du Bénin orchestré dans la nuit du 18 au 19 mars 2009. En présence du général Martin Dohou Azonhiho, des anciens ministres Alexandre Hountondji, Ali Houdou, Amos Elègbè, de Maxime Houédjissi et d’autres personnalités importantes, le président a planté le décor en abordant le sujet important de cette rencontre avec la presse. Se basant sur les déclarations de Léhady V. Soglo, qui estimait que ce coup visait directement la personne du président d’honneur du parti du Soleil levant, Nicéphore Soglo, l’honorable Candide AZANNAI n’est pas allé du dos de la cuillère pour dénoncer ce qu’il appelle un  montage fabriqué pour distraire la mouvance. Pour lui, ces genres de montage sont la résultante des difficultés auxquelles sont actuellement confrontées les opposants au pouvoir Yayi. Ils sont d’autant plus étouffants pour les cadres et leaders de ces partis qu’il faille trouver un moyen de se donner un peu de répit le temps de laisser passer l’orage. De plus, l’exagération communicationnelle faite par le premier adjoint au maire de la ville de Cotonou et consorts en direction du parti sur la délinquance perpétrée au siège de Vidolé donne matière à réflexion. Il n’a pas manqué de rappeler aussi les campagnes médiatiques menées autour des soi-disants menaces de morts à l’endroit de maître Adrien Houngbédji, des honorables Sèhouéto, Bako et autres pour attirer la pitié des populations. Il trouve même regrettable que des acteurs politiques excellent en discours incendiaires et jouent aux pyromanes dans le cynique dessein d’en attendre plus tard des dividendes une fois qu’ils auront réussi à revenir dans le rôle sournois de sapeurs pompiers. Et là, l’honorable Candide AZANNAÏ trouve que c’est plutôt cette manière de jouer le rôle d’opposant qui menace la paix au Bénin. Pour finir, il a invité les opposants à la gestion Yayi de changer de stratégie pour mieux jouer le rôle qui leur est dévolu.

 

Eric DJEKPE

(Le Béninois Libéré, 27/03/2009)

 

 

 

 



Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !