Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 19:41
Tout au long de ses deux mandats, le général Kérékou a eu à travailler avec ceux que l'on a désigné sous le vocable de fidèles parmi les fidèles. Il s'agissait pour l'opinion publique de ceux qui ont eu à être aux côtés de l'ancien président béninois à l'époque du PRPB et qui ont eu à traverser les moments de galère avec lui entre 1991 et 1996. Ce dont personne ne pouvait se douter, c'est qu'au titre de ses anciens amis qu'ils comptaient repositionner figurerait le Colonel d'alors Martin Dohou Azonhiho. C'était mal connaître le Kaméléon. Ce dernier a surpris tout le monde en nommant le colonel Az au non moins prestigieux Ministère de la Défense. C'étaitla Sécurité. Mais le Général Kérékou n'allait pas s'arrêter en si bon chemin vis-à-vis de son protégé. A quelques jours de la fin de son mandat, il allait le nommer général de brigade avec effet rétroactif quant aux émoluments et avantages liés à ce grade. C'est donc ainsi que le désormais futur général Azonhiho allait subitement se retrouver avec un pactole inespéré de plus de cent millions de nos francs. Ainsi, la moindre des choses qu'on aurait pu attendre du général Az c'est de ne rater aucune occasion pour montrer sa gratitude via la fidélité qu'il peut lui témoigner. Malheureusement, l'actualité politique montre à quel point le général Az paye en monnaie de singe les bienfaits du président Kérékou. En effet, il est surprenant de voir le général Azonhiho faire des appels de pied à Yayi Boni. Il est de plus en plus fréquent de le voir dans les manifestations des Fcbe où des mouvements proches de ces derniers. Pendant ce temps là, le fils du général Kérékou fait le tour du pays pour rétablir l'honneur bafoué de son père dans un livre. D'autres fidèles du général n'ont pas manqué de dénoncer ce manquement à l'honneur et à la dignité de leur mentor. Pendant ce temps que fait Azonhiho ? Il fait les appels de pied à Boni Yayi. D'autres fidèles, et pas des moindres, tels que Kamarou Fassassi, Fatiou Aplogan, Aboubakar Arouna et consorts, prennent leur distance avec le régime actuel, que fait Azonhiho ? Il fait des appels de pied à Yayi Boni. On peut donc légitimement s'interroger sur les ressorts des agissements du dernier ministre de la Défense de Kérékou car comme on l'a vu, ce dernier, contrairement à bien des personnes, n'est pas nécessiteux. Qu'est ce qui reste à défendre à son âge si ce n'est la dignité et non la course effrénée vers un râtelier illusoire.

Marc ANTOINE
(Le Béninois Libéré, 31/03/2009)

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !