Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 05:58
 


Cuireux de connaître  les forces en présence sur l’échiquier national béninois qui, ces dernières semaines, semblent connaître de plus en plus de convulsion, et dans le souci d’avoir la bonne information pour le moment crucial de la prise de décision, le Quai d’Orsay, ministère des affaires étrangères français aurait commandé un sondage discret pour essayer de voir  clair dans le monde politique béninois et de peser chacun des éventuels protagonistes  de la présidentielle  de Mars 2011. Ce sondage effectué, il y a peine 1 mois s’est étendu à  quelques  grandes agglomérations du Bénin en tenant compte des différents départements du  nord que du sud.

La rédaction de votre quotidien grâce à son réseau d’informateurs a pu obtenir en exclusivité les résultats  qu’elle vous commente ci-dessous. 

 Il faut dire que cette étude a été confiée à un cabinet rompu à la tâche et qui fait autorité dans le domaine en France. Une précaution prise pour éviter d’avoir des résultats biaisés comme ceux qui ont souvent cours en réplique. L’objet de cette étude étant de dire avec la rigueur scientifique quelle est la côte de popularité des principaux challengers  et qui pourrait succéder  ou non à Yayi en 2011.

Les résultats ont été sidérants et ont montré les limites du volontarisme et de l’activisme du chef de l’Etat. Il faut dire que dans les grandes villes des douze départements que compte notre pays en dehors de Savè, les résultats ont été surprenants. Les endroits où Yayi était censé distancer n’importe quel candidat de très loin, il est talonné et souvent dépassé  par Bio Tchané. La sphère de Houngbédji s’étant plutôt localisée dans la moitié sud de notre pays.  Ceci est d’autant plus remarquable que du  coude à coude qui a lieu  dans la moitié nord de notre pays deux noms reviennent fréquemment, celui de Boni Yayi et de Bio Tchané ou vice versa   dans ce qui devait être le fief traditionnel du chef de l’Etat et un territoire déjà pratiqué par l’ancien président de l’Assemblée, mais où c’est à peine si on ne dit ne pas le connaître. Par exemple à  Parakou, la grande ville du Nord à statut particulier, Bio Tchané devancerait Yayi de deux points (52% contre 48% d’avis favorables). Il serait chez les 18-25 ans plus largement en tête avec  60% d’avis favorables. Chez les dames, ils se partageraient la vedette (50%-50%). A Djougou, la grande ville de la Donga, malgré les incessantes déclarations des cadres Fcbe et les va-et-vient à ne plus en finir, le fils du terroir règne sans partage dans le cœur de ses frères et sœurs. L’écart est ici édifiant (68% d’avis favorables pour Bio Tchané contre 30% pour Yayi et  02% qui ne se sont pas prononcés). Ensuite à Bembèrèkè, le constat demeure quasiment le même à la seule différence  que c’est 60% des ressortissants de cette ville qui voient d’un bon œil l’accession à  la magistrature suprême du nouveau patron de la Boad. Il y a cependant un bémol à Kandi où Yayi obtient plus de 50% d’avis favorable (51,5%) contre 47% pour  son challenger et 2% de sondés qui disent n’avoir pas encore décidé qui de Yayi ou de Bio Tchané bénéficierait de leurs suffrages. En revanche, Yayi stabilise son score dans le Zou-Nord où il vient largement devant  son challenger. A Tchaourou et Savè il obtient 70% d’avis favorables contre  près de 30% pour son challenger. A Dassa, c’est un  écart de 7 points  qui sépare  les deux hommes en faveur du président de la République qui s’arroge 56% d’avis favorables contre environ 48%. La cité du roi de Savalou quant à elle fait ses honneurs au nouvel homme de la Boad qui l’emporte d’une courte majorité 50,5% contre  49%. Boni Yayi  a cependant pu  garder son statut  en tant que  président de la République dans les autres villes du Zou, de l’Atlantique, du Littoral et de l’Ouémé. On note cependant une percée de Bio Tchané dans le Littoral notamment à Cotonou où l’actuel directeur de la Boad a gagné beaucoup de coeurs, il talonne de très près le chef de l’Etat  et Adrien Houngbédji. Or ce n’est un secret pour personne que Bio Tchané et Yayi et Houngbédji  ne seront pas les seuls candidats. Ils devront compter avec une kyrielle de candidats qui compliqueront la tâche au Chef de l’Etat qui serait  dès lors obligé  de partager  son électorat avec les plus perspicaces, y compris le plus dangereux pour lui, Bio Tchané.  D’ailleurs, ce cas de figure  que  beaucoup envisagent comme pouvant être favorable  au candidat Houngbédji  est celui  qui  est le plus abondamment commenté par les sondeurs. On retiendra substantiellement que  la candidature de Bio Tchané si elle est effective dans un environnement de multipartisme intégral, donc de possibilité de plusieurs candidatures, mettrait le chef de l’Etat dans une position inconfortable, il atteindrait difficilement le tiers de son score du second tour en 2006. C’est-à-dire  les fameux 75%. Le sondage effectué table sur  20% d’avis favorables pour Yayi dans un face à face l’opposant à  Bio Tchané et Adrien Houngbédji en considérant l’existence d’autres  candidats comme Léhady, Lazare Séhouéto, Idji Kolawolé. Ce qui est une catastrophe pour un candidat en exercice.  Or selon toutes vraisemblances les adversaires du chef de l’Etat ne tiennent plus à le revoir et pour ce faire ils sont prêts à faire  toutes sortes de compromis dans le seul but de l’empêcher de rempiler. Si cette situation de coude à coude entre le chef de l’Etat et ses challengers persiste, il  y a deux options qui s’imposent, un deuxième tour Yayi-Bio Tchané, ou un deuxième tour Yayi – Houngbédji. Les deux projections n’excluent pas la troisième  qui évince Yayi du ticket final et met aux prises et  les deux Challengers. En attendant, Yayi est crédité  de 20%, Bio Tchané (22%), Adrien Houngbédji (22%)


Marc ANTOINE

(Le Béninois Libéré, 02/04/2009)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !