Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 06:48
(Elle a mangé son gombo)

Le Cic est mal foutu et encore plus le Palais des congrès de Cotonou lui vieux de moins de 6 ans. Un record jamais établi en matière de grosse infrastructure qui plus est, génère des sommes non négligeables qui auraient pu servir à son entretien. En effet, le malheur du Palais des Congrès et accessoirement du Centre International de Conférences est d’avoir eu à abriter le sommet de la Cen-sad. Il se trouve que ces deux infrastructures de bonnes factures étaient toutes désignées pour abriter les travaux. Une occasion pour retrouver le lustre d’antan pour le Cic et pour effectuer quelques réparations quant au Palais des congrès. Ce que Yayi et les siens, avaient semble t-il oublier, c’est qu’en lieu et place d’une directrice responsable et consciencieuse, c’est une délinquante économique qui n’avait de soucis que de s’en mettre plein les poches, la suite devra les édifier. Le triste cas des Wc de qualités arrachés et remplacés par du ‘’Kpayo’’ Ceux qui connaissaient le Palais des Congrès de Kérékou, savent bien que le machin fabriqué et donné à Yayi par madame Martine Dahoun, n’a rien à voir avec l’ouvrage de départ. Tout ce qui était potable et à la hauteur de l’immeuble érigé, a été viré pour être remplacé par du toc, du kpayo, du banabana vendu à prix d’or. Pire, les Chinois en charge du suivi et de l’entretien du Palais des congrès ont été délogés manu militari pour pouvoir effectuer la sale besogne en toute quiétude car croit-elle à l’impunité. Il suffit de faire un tour dans les toilettes du Palais des Congrès pour comprendre comment on a saccagé le bâtiment. D’ailleurs, Yayi peut-il dire lui-même si la climatisation du Palais des congrès est la même que celle d’avant la Cen-Sad au moment où tout allait encore bien. Un peu avant tout ce bordel, il y a la directrice qui a eu la géniale idée de déclarer que tout est en panne et de positionner ses prestataires. Ces derniers, dans le souci d’engranger la cagnotte alors disponible, ont tout enlevé même ce qui ne devait pas être remplacé. Dans leur acharnement, ils ont bousillé la climatisation, la tuyauterie, les toilettes, la sono, bref tout ce qui était ‘’gombotisable’’. Aujourd’hui, le palais n’est plus que l’ombre de lui-même alors que le contrat qui lie l’entreprise Chinoise qui a construit le bâtiment continue de courir et que les travaux auraient dû être exécutés par cette entreprise. Actuellement, à cause du gombo de la directrice qui s’est évertuée à écarter toutes les personnes susceptibles de relever le pot aux roses, le Palais des congrès est en souffrance et en panne de tout. Faites-y un tour et vous en aurez pour vos frais. La suite, lundi prochain.

Marc ANTOINE
(Le Béninois Libéré, 03/04/2009)

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !