Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 06:55

Le débauchage des députés qui n’est pas en soi un acte élégant, pourrait se justifier à la veille du vote du budget général si l’Exécutif se heurte à un front qui ne lui facilite pas de travailler. Passé cette excuse, le débauchage de député d’un parti politique par l’Exécutif traduit l’incapacité pour le pouvoir en place de négocier directement avec les formations politiques d’en face d’une part, et l’esprit sadique d’un pouvoir qui met la brutalité, la violence à la place du débat politique. Le régime de Boni Yayi a tord de se lancer dans la quête des deux députés Rb, Epiphane Quenum et Justine Chodaton. Mis à part le fait que les deux députés ne valent rien sans leur formation politique, Boni Yayi court le risque de s’attirer la foudre des responsables Rb et surtout de se voir passer pour la énième fois de débaucheur.  Toute chose qui va durcir le ton de Léhady Vinagnon Soglo, l’actuel héritier du parti. Les conseillers de Boni Yayi s’il en a de vrais, ne devraient pas lui faire une telle proposition car  cela ne va rien lui apporter si  ce n’est le courroux des leaders des partis politiques victimes de ce coup éhonté. Négocier unilatéralement avec Epiphane Quenum et Justine Chodaton est risqué voire dangereux pour le  changement.

                           

Ils ne valent rien

Epiphane Quenum, à en croire certaines indiscrétions chante à qui veut l’entendre qu’il veut aller au gouvernement pour avoir de quoi soutenir les militants. Ce qui est faux pour qui connaît ce député égoïste, avare, radin et pingre. S’il n’a pas pu assister les éléments Rb alors en souffrance dans le cadre des enquêtes sur les cartes d’électeurs volées, ce n’est pas aujourd’hui qu’il va se découvrir des aptitudes de l’Abbé Pierre. Et ce que le député oublie, c’est que ce n’est pas sous Boni Yayi qu’on se fait de l’argent comme ministre. Déjà qu’on n’a pas les mains libres pour nommer son directeur de cabinet et autre directeur technique. Epiphane Quenum devrait se demander combien de militants Rb Abraham Zinzindohoué nommé dans le gouvernement Yayi a pu caser. En définitif, Epiphane Quenum se fourvoie, ne s’y connaît pas du tout à la chose ministérielle et se méprend de sa valeur de dernier wagon et non de locomotive. Quant à Justine Chodaton, la vieille, elle est excusable, point. Ses actuels problèmes financiers (800.millions) peuvent bien pousser à certaines dérives. Boni Yayi doit comprendre que ce n’est pas un bon marché avec des gens qui viennent parce que aujourd’hui en difficultés. Une fois, le moral retrouvé, l’envie de revenir en famille va se faire savoir. Et ce sera plus que naïf de la part de Boni Yayi d’avoir conclu un tel marché.


Aboubakar TAKOU
(Le Béninois Libéré, 03/04/2009) 


Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !