Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 04:42

Laurent YOVO

 

Contrairement à ce qu’on peut penser, les populations du Nord Bénin ne perçoivent pas la nouvelle position politique de l’honorable Samou Adambi et El Hadj Sasif comme une quelconque trahison. Pour elles, l’acharnement dont ces deux hommes sont victimes depuis des années et jusqu’à ce jour démontre le vrai visage du chef de l’Etat qui, pour les populations, est désormais considéré comme un très mauvais commandant. En effet, pour ces dernières, ce qui a cassé la mouvance et a sûrement conduit ces deux cadres politiques à claquer la porte, c’est avant tout la mauvaise gestion des ressources humaines dont a fait montre le docteur Boni Yayi depuis son élection en 2006. Pour la plupart de ces anciens mouvanciers qui ont reconnaissent l’engagement dont ils ont fait preuve pour imposer le prince du Changement il y a quelques années, Boni Yayi en les traitant de tous les noms et en récupérant à leur place ses adversaires d’hier s’est simplement montré comme un Général qui n’aiment pas écouter les cris de détresse des soldats de sa troupe même si ceux-ci reçoivent des coups. Analysant la situation sur cet angle, ils ont trouvé que Adambi et l’opérateur économique Sasif  ont vraiment raison de choisir le bord politique qu’ils estiment porteur d’avenir pour le  pays comme ils l’ont fait avec lui au risque de leurs vies il y a  cinq ans de cela. D’ailleurs, pour la plupart, ils  estiment que le regret est populaire et si on ne voit que ces deux pensent-ils, c’est forcément à cause de leurs positions sociales. Voilà qui est alors derrière les ‘’Boni Yayi dix ans’’ chanté lors du dernier passage du prince à Parakou et les images d’un populisme monté à coût de pièces de monnaie et de billets de banque se cachent de vraies réalités politiques que certains collaborateurs du chef de l’Etat ressortissants de cette partie du pays travaillent au quotidien à lui cacher de peur de perdre leur position à l’ombre du Changement. Conscients de ce que le chef de troupe n’aime pas entendre les plaintes et déteste les suggestions, ils préfèrent rester à ses côtés jusqu’à la fin du mandat. D’autres comme envoûtés par le prince sont eux prêts, après avoir soufflé tout le temps dans les bougies de leur grabataire  véhicule, à organiser des conférences de presse des fois à crédit pour le culte de sa personne. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !