Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 01:15

jean kpingla

 

Ravaler ses vomissures, tâche difficile quand on sait qu’il est possible que l’organisme peut les rejeter à nouveau. C’est dans ce sens que l’on peut inscrire la descente mercredi dernier du président Boni Yayi sur les chantiers qui sont la raison d’être de la structure gérée par Maxime Houédjissin, l’Agence de réhabilitation de la cité historique d’Abomey (Archa). Comme on a voulu le montrer aux populations, c’est parce que le directeur de l’Archa s’est inquiété du ralentissement des travaux sur les chantiers de l’Archa que le chef de l’Etat a choisi de descendre sur le terrain pour constater de visu les problèmes évoqués. Mais, ce qu’il convient de savoir, c’est comme le chante l’Ivoirien Serge Kassy dans ‘’C´est pas da ni bio’’ : « si tu vois poisson sortir de l’eau, c’est qu’il y a sueur… ». En effet, la présence de Boni Yayi à Abomey n’est pas anodine surtout en ces temps où il a tenu des propos malencontreux lors du symposium international sur le cinquantenaire des indépendances africaines au sujet de l’emblème du roi Guézo. Le chef de l’Etat, par le truchement de cette visite et la reprise des travaux sur les chantiers veut se faire une nouvelle virginité et surtout montrer aux ressortissants de cette localité qu’il n’a pas voulu se moquer de l’histoire du royaume d’Abomey. Au contraire que lui, Boni Yayi porte Abomey dans son cœur et qu’il tient énormément à ce que les travaux aboutissent  afin que Abomey devienne véritablement une cité historique moderne et touristique. Cependant, là où le problème se pose, c’est du côté des populations qui se sont sentis humiliées. De plus, on se demande si après cette descente de Yayi à Abomey et que les travaux arrivaient à aller à leur terme, cela pourrait réparer le tort fait aux Aboméens et amener ces derniers à avoir de la sympathie pour lui ou lui en être reconnaissants pendant les joutes électorales de mars 2011. Toutefois quand on sait que Tiken Jah Fakolly chante que : « l’on peut pardonner mais jamais oublier, on se dit que Boni Yayi a fort à faire pour gagner ce pari car il lui faudra multiplier ses actions en direction de cette cité. Affaire à suivre…

Jean kpingla

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !