Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 05:14

Akkilou yacoubou

De la même façon qu’il y a un proverbe qui dit que : « l’argent va aux riches », il en est de même pour cette situation d’inondation qui frappe certaines parties du Bénin où au lieu de baisser, l’eau ne fait qu’augmenter incessamment sans qu’on ne sache quand elle va se retirer. Tentes par-ci et par-là, lits picots, bagages, meubles, etc, tout cela au bord du goudron parce que c’est le seul endroit où l’eau n’a pas encore recouvert; des enfants jouant avec ce qui leur passent par la main, des adultes ayant les mains à la tempe, bref déboussolés car ne sachant pas à quel saint se vouer. C’est la triste image qu’on se fait quand on approche les différents lieux de refuges des sinistrés chassés de leurs maisons par l’inondation causées par les dernières pluies. Ces déplacés ou plutôt ceux qu’il convient d’appeler réfugiés climatiques auraient pu être installés dans les écoles malheureusement, l’année scolaire ayant débuté depuis le lundi, il n’y avait plus que la vie à ciel ouvert, ou les abords des axes routiers pour se tailler un logis en attendant que les eaux ne se retirent. Pour l’instant, ces réfugiés climatiques sont la proie des intempéries et autres maladies dont en premier lieu le paludisme à cause des eaux stagnantes. Si certaines personnes ont eu la chance de recevoir quelques vivres et matériels de couchages dont les moustiquaires imprégnées, d’autres en attendent encore, surtout que l’Etat se fait tellement désirer car les aides que le gouvernement octroie, ne suffisent pas. C’est à croire que les structures en charge de solidarité nationale sont dépassées par les événements ou bien qu’elles ne savent pas comment s’y prendre afin que ces scènes de familles aux abords des routes bitumées où il faut aussi craindre les accidents de circulation. Il revient maintenant au président Boni Yayi de donner les instructions nécessaires au ministère en charge de ces genres de situations. Sinon, il se verrait confronté au plus grave car comme le dit un proverbe : « celui qui refuse de colmater un petit trou, sera confronté à un plus grand ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Société
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !