Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 04:11
jean kpingla Le fond des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture(Fao) a procédé lundi dernier à la signature d’un accord d’aide avec le gouvernement béninois en direction des populations de plus d’une trentaine de communes frappées par les inondations et qui ont surtout vu les eaux assiéger leurs champs et jardins. Un appui qui fait suite au passage à Cotonou du directeur général du Fond des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao), Jacques Diouf, touché par l’ampleur du désastre. Cette aide vise à octroyer des semences à ces personnes qui ont perdu leurs champs afin qu’elles puissent reconstituer leur stock de semences perdues et renouer avec leurs travaux champêtres. C’est le ministre en charge de l’agriculture, Michel Sogbossi qui va se charger de la distribution des semences et autres. Déjà, des grincements de dents commencent par se faire sentir car l’on doute que les choses se fassent de manière claire. Les populations craignent que le ministre ne sache pas comment faire pour que les vrais méritants aient effectivement accès à cette aide. Autrement dit, le ministre n’est pas la personne appropriée pour une telle opération et le voir dans ce genre de truc n’augure rien de bon quand on prend en compte les nombreux problèmes auxquels il doit faire face dans son département ministériel. En effet, le coton mourant sinon déjà au cimetière, les intrants non appropriés, la supposée protection des eaux territoriales contre les bateaux étrangers illégaux, etc sont lots quotidiens qui collent à la peau du ministre et qu’il n’arrive pas à s’en défaire. Aujourd’hui, le fait qu’il veuille se mettre un autre boulot à son cou, c’en est trop. Comme on le dit, « on ne court pas en se grattant les fesses ». A coup sûr, le ministre est en perdition car s’il ne se départit pas de cette distribution de semences, il risque de perdre ce qui lui reste comme dignité mais aussi de se mettre les populations à dos.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Société
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !