Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 07:25

L’arroseur arrosé à l’acide sulfurique, sommes-nous tentés de dire quand on voit qu’en moins d’une semaine, alors qu’il venait lui-même d’envoyer deux de ses ministres et deux de Kérékou devant la Haute Cour de Justice, Boni Yayi lui-même a été épinglé par les parlementaires qui exigent qu’il comparaisse devant cette même juridiction. Du coup, c’est comme si le tableau de la comparution devant la Haute Cour de justice sera des plus alléchants puisque Monsieur le chef d’orchestre lui-même sera de la partie. Mais étant donné qu’on est au Bénin dans le royaume du Changement, il n’y a pas de chance de voir le chef en caleçon puisque c’est Mathurin Nago que certaines mauvaises langues appellent affectueusement le 31ème ministre du gouvernement Yayi qui devra introduire la requête de ses collègues. Peine perdue donc. Mais l’histoire retiendra que sous le Changement, le peuple, à travers ses représentants, a demandé dans le cadre du dossier Icc-Services de voir le chef de l’Etat comparaître devant ce tribunal d’exception.  Le plus croustillant pour ne pas dire le plus ‘’djaté’’ est que c’est un député de la mouvance en l’occurrence un Fcbe, Janvier Yahouédéou, qui a pris l’initiative.

 

Le Yayi propre aura-t-il peur de la Haute Cour de Justice ?

Que peut rechercher Boni Yayi en envoyant devant la Haute Cour de Justice Soulé Mana Lawani, Armand Zinzindohoué ? Sans doute que l’homme veut s’offrir une virginité pour un éclat de neige à la veille de cette présidentielle. Dès lors, y a-t-il meilleur raccourcis pour Boni Yayi que de profiter de la provocation de Janvier Yahouédéou pour sortir de l’autre côté de la Haute Cour  de Justice blanc comme neige ? Si tant est que Boni Yayi est propre, l’épreuve de la Haute Cour de Justice ne serait pour lui qu’une opportunité à saisir pour se laver à jamais de tout soupçon. Le cas contraire remettra en scelle les chefs d’accusation compilés dans la lettre des parlementaires et relancera le débat sur la gestion de Boni Yayi. La balle est maintenant dans le camp du prince du Changement à qui s’offrent deux possibilités opposées pour un même résultat. Soit Yayi relève le défi et se décide à comparaître et c’est une victoire pour lui, soit il active son bouton (Nago) et la lettre des parlementaires restera sans suite pour les siècles et des siècles, et le peuple tirera la conclusion immédiate que Boni Yayi a peur de la Haute Cour de Justice parce que se reprochant tous les péchés de Jérusalem depuis 4 ans qu’il a été installés au pouvoir. Au regard de tout ce qui précède, la lettre de Janvier Yahouédéou et de Fikara, tel un petit pas pour l’homme, devient un grand pas pour l’humanité, pour la démocratie et la bonne gouvernance. A suivre…

Aboubakar takou

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !