Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 06:26

Camille Segnigbindé (stag)


Le vendredi 11 novembre dernier, à la salle bleue du Palais congrès, le professeur Aziadomè Koblevi a exposé au public les résultats de ses 50 ans de durs labeurs à travers une conférence-débat. C’est devant parents, amis, collaborateurs, journalistes, universitaires et autorités composées du Président-Maire Nicéphore Soglo, de l’ancien ministre Bernard Lany Davo, le Haut Commissaire à la Gouvernance Concertée, Moïse Mensah, l’écrivain-journaliste Jérôme Carlos et le baobab de la musique béninoise El Rego sans compter d’autres personnes pas des moindres venant de la sous-région que le directeur de l’Institut de Recherche en Naturothérapie (Ong Irena), le professeur  Kogblévi Aziadomè, a planté le décor. « Tant qu’il reste à faire, rien n’est fait. L’Afrique reste à être explorée.» C’est en ces termes que le chercheur dans son discours d’ouverture a invité l’audience au panafricanisme. En effet,  né le 3 Mai 1946, le professeur Kogblévi après ses études, a servi le Bénin comme ministre, député et conseiller avant de se consacrer absolument à la recherche dans laquelle il a investi sur fonds propre, environ 400 à 500 millions de francs Cfa pour une Afrique et un Bénin nouveaux et développés. A l’en croire, il doit sa détermination à trois personnes. La première est son père dont  il a hérité la base même de ce qu’il fait aujourd’hui ; la deuxième est Thomas Edison pour ses 1069 brevets et la troisième Albert Einstein. Après avoir exposé les fruits de ses cinquante années de recherches qui se résument en une dizaine de produits dont l’anti venin Naja, Toro , Palunox, etc. et des ouvrages au nombre desquels les Fleurs du miel, le Bon fermier, Fruit de la passion. Le professeur s’est aussi livré à la photographie artisanale et artistique. Après cet exposé, le public a eu droit à une communication sur le processus de traitement des hépatites B et C qui sont des maux très peu connus du public béninois qui en meurt dans le silence. Suite à cet exposé, une visite de stand et de vente a été organisée au terme de laquelle les participants ont eu droit à un cocktail  made in Bénin.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Société
commenter cet article

commentaires

gantime 17/05/2016 20:53

Merci Pr vous avez fait pour le monde et l'Afrique en particulier

BONI-BILE 27/04/2016 12:00

Tres interessant tout cela. Puis-je avoir les contacts du Prof ? Surtout un contact a Abidjan.

Segbedji 13/06/2015 10:52

Slt.puis avoir l contact du professeur aziadome

souliath 10/10/2014 09:40

comment traiter les règles problématiques

amina 09/06/2013 19:11

comment faire pour contacter le professeur kogblevy aziadom je veut un traitement de l'hepatite b chronique merci c urgent

Fierté Tropicale! 29/09/2014 18:25

Allez sur sa page facebook. vous pouvez ainsi lui envoyer un message et lui demander par la même occasion ses contacts. merci

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !