Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 03:43

Pour le député du groupe parlementaire Fcbe, la visite de plusieurs sages d’Abomey  au chef de l’Etat est faite dans le but  de demander sa clémence face au comportement de son ancien ministre de l’intérieur. Pour la petite histoire, on rappellera que la semaine dernière Armand Zinzindohoué avait publié  un mémoire explosif dans lequel il  mettait noir sur blanc le chef de l’Etat en cause dans l’affaire Icc-Services. Rappelant dans de large extrait comment le Président de la République était au courant et fréquentait  Guy Akplogan et compagnie. Un mémorandum qui,  mis à la suite de celui de Soulé Mana Lawani, vient ternir un peu plus l’image de bon gestionnaire que Yayi aurait bien souhaité avoir. C’est après cette publication sulfureuse que les sages d’Abomey dont quelques princes bien en vue et des cadres mouvanciers, jadis compagnons de Armand Zinzindohoué, ont fait le déplacement au palais de la Marina lundi dernier. Objectif affiché calmé le probable courroux du chef de l’Etat et surtout, ce qui est plus certain, dire à Yayi  qu’il existe encore à Abomey des gens qui l’aiment, quoique le vitriolant mémorandum de Zinzindohoué ait pu révéler ou fabriquer.  Une démarche qui si elle a fait plaisir au chef de l’Etat, le principal concerné, n’a pas suscité  la joie chez tout le monde. En attendant d’avoir l’avis de Armand Zinzindohoué, on peut apprécier celui du très bouillant député du groupe parlementaire Fcbe sursaut patriotique. Ce dernier, bien  qu’officiellement membre de la mouvance présidentielle, pour lui il ne s’agissait ni plus ni moins que d’une félonie, d’une trahison de l’esprit de la terre  de Houégbadja de ceux qui sont allés faire allégeance à Yayi. A tort ou à raison, il ne se reconnait pas dans les propos du groupe. Une situation qui en plus de révéler le malaise actuel dû aux nombreuses affaires qui secouent le pays, démontre la divergence d’opinion en ce qui concerne la cité  historique d’Abomey. Une cité jadis frondeuse et qui  depuis quelques années n’est plus que l’ombre d’elle-même. Ses fils inféodés à différents courants politiques et incapables de s’entendre entre eux, offrent ainsi le spectacle de personnes tiraillées à cause d’intérêts particuliers.

La sortie de l’honorable a le mérite de mettre en exergue, ce que les fils et filles de la cité historique, princes,  princesses et mêmes rois sont devenus. Peut-être à l’analyse chacun d’entre les protagonistes pourrait mieux réfléchir et se poser la question de savoir ce qu’il faut faire pour garder l’étiquette d’hommes et de femmes fières dans une cité qui se développe.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !