Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 04:15
(Le prince du Changement veut porter le masque de Zorro) Eric Tchiakpè Après les ministres Kamarou Fassassi, Rogatien Biaou, Soulé Mana Lawani et Armand Zinzindohoué, le Président Boni Yayi s’apprêterait dans les coulisses à envoyer devant la Haute cour de justice d’autres ministres du régime Kérékou II. En effet, non repu de la première portée de son opération main propre devant l’Assemblée nationale, le prince du Changement a apparemment fait l’option de s’afficher comme celui qui, à son tableau de chasse, aurait épinglé le plus de dirigeants béninois. De ce fait, les anciens ministres Emmanuel Golou et Valentin Aditi Houdé seraient désormais dans la ligne de mire du prince du Changement, lequel serait sur le poing de transférer comme pour les 4 premiers, leurs dossiers devant le parlement afin de l’adoption qui les ferait comparaître eux-aussi devant la Haute cour de justice. Selon nos sources, il leur est reproché, pour l’un, son implication dans l’affaire d’achat de groupes électrogènes pour faire face à la crise énergétique du printemps 1998, pour l’autre sa gestion du dossier Lépi lors de son passage au ministère chargé des relations avec les institutions, tous les deux sous le Général Mathieu Kérékou. Le chef de l’Etat Boni Yayi, malgré les conseils de certains de ses proches sur le risque encouru en ouvrant ce nouveau front, serait prêt à aller jusqu’au bout, décidé à porter le masque de Zorro, le redresseur de torts. Visiblement, l’affaire Icc-Services lui offre l’opportunité de régler quelques comptes avec quelques figures politiques précédemment aux affaires. En effet, les deux nouveaux sur lesquels plane le glaive justicier de Boni Yayi sont des personnalités qui ne sont pas avec le Changement quand elles ne sont pas carrément contre. Golou étant du Psd, parti du Groupe l’Union fait la Nation tandis que Valentin Houdé lui, du G13 et précédemment appelé en vain au gouvernement par Boni Yayi. Cette nouvelle épreuve loin de consolider l’image du chef de l’Etat voulant assainir la classe plutôt l’image de celui qui tente le tout pour le tout pour prouver que son régime n’est pas le plus corrompu. Car en vérité, point n’est besoin de remonter si loin dans le temps pour lutter contre la malgouvernance. Les affaires sous le Changement sont tellement nombreuses et écœurantes que cette tentative a plus l’air d’une distraction de mauvais aloi que d’une volonté de faire quelque chose. Et comme dirait l’autre, « balaie ta propre maison d’abord, plutôt que de t’occuper du seuil de la maison du voisin ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !