Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 07:42

Telle une trainée de poudre, l’information relative à ce que l’on peut appeler l’incident diplomatique entre le Bénin et le Gabon au sujet du blocage au sol d’un avion présidentiel, s’est propagé dans le monde entier et en particulier dans les deux pays.  La responsabilité du journaliste dans cette affaire est d’autant plus grande que les règles du métier qui nous permettent d’informer nous obligent de relayer les faits tels qu’ils sont et parfois à défaut de certaines preuves, relayer la version officielle qui a été donnée des faits. C’est pourquoi, nous revenons ici sur le dossier en publiant d’une part le communiqué de la présidence de la République du Bénin et d’autre part, en relatant les dernières évolutions du dossier tout en présentant nos excuses à toutes les autorités qui se seraient senties blessées dans leur amour propre par nos précédents écrits. A grand pouvoir, grande responsabilité, disait Ben Parker à son petit fils dans le célèbre film du grand héros Spiderman. Pour la petite histoire et conformément au dernier recoupement que nous avons effectué, les dames, testées positives à la morphine à l’aéroport de Cotonou compte tenu de l’Efferalgan codéiné qu’elles ont pris, n’ont été négatives qu’à l’issue de tests plus minutieux effectués à l’Ocertid par un collège de médecins assermentés. Sur cette question, nos premiers écrits n’avaient pas trop péché  encore moins pour ce qui est du blocage de l’avion présidentiel gabonais sur le sol béninois et de la confiscation du passeport diplomatique du Directeur de cabinet de Ali Bongo. Toutefois, il faut dire qu’il n’y a jamais été question de trafic de devises étrangères pas plus qu’il n’est question de trafic de stupéfiants. Ce sont les membres de la sécurité de l’espace aéroportuaire qui auraient péché en mettant plus de zèle qu’il n’en aurait fallu dans l’accomplissement de leur tâche. Puisque les instruments internationaux en matière de trafic aérien et en l’occurrence la convention de Vienne sont on ne peut plus claires sur le délit qui consiste en la confiscation d’un passeport diplomatique d’une personnalité sauf en cas de flagrant délit. Donc, ce qui s’est passé le dimanche 13 novembre 2011 à l’aéroport Cardinal Bernardin Gantin et relayé par la presse n’est qu’un incident regrettable et la prompte réaction du docteur Boni Yayi pour dénoncer les agissements du côté béninois tout en présentant ses excuses à la partie gabonaise n’est que justice rendue au profit de son homologue Ali Bongo. De notre côté, c’est l’occasion de présenter nos excuses au président de la République du Gabon, son excellence Ali Ben Bongo Ondimba, à son directeur de cabinet, B. Accrombessi, pour tous les désagréments et les préjudices que nos écrits précédents ont causés à leurs respectables personnalités.

Aboubakar takou

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly
commenter cet article

commentaires

hessou geoffroy 16/11/2011 11:24


vous autre journaliste, vous ne cherchez jamais les vrais informations; pourqouoi vous mentez et après vous vous excusez? vous avez blessz la famille de ces gens , vous les avez salli c'est
mauvais. la prochaine fois vérifiez avant de parler car la parole ne peut jamais s'éffacer.>


Fockly 16/11/2011 23:03



As-tu bien lu l'article? l'as-tu compris? relis le une ou deux fois et tu verras. tu t'emballes trop...



A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !