Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 05:29

En l’espace de deux (02) semaine près d’une dizaine des personnes ont perdu la vie. Mort intervenue à la suite de ce qu’il convient d’appeler  intoxication alimentaire. 4 personnes de la commune de Tchaourou qui sont mortes la semaine écoulée après avoir pris leur repas de la rupture de jeûne qui s’est avéré intoxiqué. Ces cas de décès font resurgir le spectre des hospitalisés et autres morts dus à l’intoxication alimentaire qui chaque année ne manquent pas de faire des victimes.  Malgré le fait que les médias relaient ces situations, le problème ne semble pas connaître de répit. Au contraire, on a l’impression que cela se renforce. C’est pourquoi il urge prendre des mesures adéquates pour que ce qui est aujourd’hui un problème de santé publique puisse être résolu. Avant toute chose, il s’agit d’une sensibilisation en ce qui concerne les mesures à prendre pour une bonne conservation des produits vivriers. C’est à ce niveau que réside le problème car les populations, soucieuses de conserver aussi longtemps les produits vivriers ou de faire de bonnes affaires pendant la période de soudure, ne lésinent pas sur les moyens pour parvenir à leur objectif. D’où l’utilisation de produits dangereux à l’instar des insecticides utilisés pour pulvériser les champs de coton pour améliorer la conservation des sacs de haricot, de manioc ou de maïs, principaux produits de grande consommation. Si on arrive à faire véhiculer les messages de sensibilisation qu’il faut, on peut arriver à enrayer ce problème de sante publique. Il est déplorable que 50 ans après les indépendances que le Bénin soit confronté chaque année à des cas d’intoxication alimentaire. Il revient au gouvernement à travers le ministère de la santé de prendre les mesures qu’il faut.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !