Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 03:23

Romuald tchoukpa

Hier, on évoquait le mécontentement des populations de Parakou après avoir appris que le gouvernement du Changement a bloqué tous les payements que l’Etat doit à l’opérateur économique Ibrahim Salifou plus connu sous le nom Sasif par l’entremise de ses sociétés. Aujourd’hui, la fièvre du mécontentement des populations semble gagner tout le Septentrion. Ce sont les communes de N’Dali et Bembéréké où les populations sont en train de décrier le comportement du gouvernement. Elles ne comprennent pas que le chef de l’Etat soit en train de ne pas permettre à Aladji Sasif de jouir des fruits de son labeur. Pour elles, un fait ne saurait justifier ce blocage des fonds de cet opérateur économique. Et pour cause, Aladji Sasif est l’homme charitable connu dans tous les coins et recoins des départements du Borgou et de l’Alibori pour ses actions sociales : écoles, maternités, don de moyens roulants, etc. tout cela pour soigner en son temps l’image de Boni Yayi et de son Changement. Aujourd’hui dire que l’on est train de faire du mal cet homme en bloquant tous ses payements sonne comme un revers de la situation qui risque de se retourner contre Yayi car c’est qui semble être au cœur de la situation dans laquelle la société de l’homme d’affaires se retrouve. Ces populations qui respirent Yayi rien qu’à cause de Aladji Sasif menacent par aller voir ailleurs et disent maintenant confier leur destin à Sasif qui saura déterminé le cheval gagnant pour les prochaines élections présidentielles. Autrement dit, n’Dali et Bembéréké tournent le dos à Yayi pour faire face au choix de Aladji Sasif qui n’est aujourd’hui autre que l’actuel occupant du fauteuil de la Boad, Abdoulaye Bio Tchané. Fait bizarre, c’est que les soutiens les plus inattendus viennent des villages et campagnes reculés de ces deux communes. C’est que pour ces populations, un bienfait n’est jamais perdu, et qu’en ce moment difficile où l’homme s’en remet à Dieu, Allah, elles trouvent qu’elles ne peuvent que lui envoyer l’ascenseur en le soutenant jusqu’au bout contre Yayi qui ne lui reconnaît plus ses actions. Elles ne rien faire mais promettent que des gens vont sentir dans moins de 6 moins.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !