Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 07:05

(Un député démissionnaire s’érige en chargé de communication pour vilipender Yayi en sourdine)


Il n’y a pas de réforme sans grincements de dents. Les Dragons de l’Asie que les pays en développement envient aujourd’hui pour leur boom économique, ont eu à faire les frais de bactéries de réformes imposées par quelques leaders éclairés qui se sont succédé à leur tête. Même si on ne peut pas classer Boni Yayi au nombre des grands visionnaires en matière de développement, il est une justice de reconnaître à la vérité qu’au sujet des réformes portuaires, l’homme n’aura pas trop démérité. Et le Pvi est l’expression même que la régularisation des fuites de recettes fiscales peut aider à renforcer l’économie du pays. Les Africains, en l’occurrence les Béninois, finiront par comprendre que le développement, le vrai, est au bout de l’aboutissement de grandes réformes. Pour ce qui concerne la collaboration entre la société Benin Control avec les importateurs des véhicules d’occasion et les gestionnaires de parcs en vue de l’atteinte des objectifs du Pvi, des grognes et grincements de dents ont commencé par se faire entendre depuis quelques jours. Ayant constaté que l’Etat s’apprête à mettre fin au désordre qui régnait dans le monde portuaire au niveau des véhicules d’occasion, quelques gestionnaires de parcs appuyés de certains importateurs libanais ont convenu de se lancer dans une campagne de dénigrement contre le Pvi et Benin Control. C’est leur droit. Une réponse à une situation dans laquelle on voit son biberon moelleux s’envoler. Mais le clou de cette situation et qui relève de la mauvaise foi, est l’implication d’un député fraîchement démissionnaire de l’Union fait la nation et qui, au lieu de se ranger du côté du chef de l’Etat pour l’aboutissement des réformes, a demandé aux gestionnaires de parcs et autres de se cotiser pour une campagne médiatique contre Boni Yayi. Selon lui, Boni Yayi ne marche que lorsqu’il se sent vilipendé, vitriolé, diminué et humilié dans la presse. Il réussit à arracher à ces gestionnaires et importateurs la bagatelle de 10 millions Fcfa pour l’opération. Coutumier des rançonnements du genre (Affaire Karrhoubi), il coupe sa part avant d’inviter un démarcheur de presse, un homme curieusement connu pour son soutien indéfectible à la cause du Changement et de la Refondation mais qui face à l’argent, a jeté Boni Yayi en pâture aux fauves. La campagne de dénigrement a été ainsi lancée, heureusement pour Yayi, sur de petites roulettes, c’est-à-dire mal entreprise. Le député qui dit partout avoir démissionné de l’Un pour retrouver son agrément sur les parcs, raconte à qui veut l’entendre qu’il ne supporte pas Yayi et jure prendre par tous les moyens pour torpiller les réformes entreprises. Nous reviendrons dans nos prochaines parutions  sur les 10 millions mobilisés dans lesquels un seul Libanais a donné 6 millions cash.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !