Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 06:05

Comme annoncé depuis des lustres, les festivités des 50 ans d’indépendance du Bénin se sont déroulées bel et bien le dimanche 1er Août 2010, à Porto-Novo. Attendu aux alentours de 10 heures, c’est vers 12 heures que les choses ont réellement débuté. Mais avant tout, il y eu l’installation des personnalités tant nationales qu’internationales venues honorer de leur présence ce cinquantenaire de l’accession du Bénin à la souveraineté. 10 chefs d’Etat africains ont assisté à ces festivités. A ceux-ci il faut ajouter les représentants de la France en la personne du ministre de l’intérieur, Brice Hortefeux, du Koweït, Cameroun, Maroc, Guinée-Bissau, Niger, Ghana, Togo et le Japon. En ce qui concerne le défilé du cinquantenaire, on a pu suivre à tour de rôle les majorettes, les troupes étrangères, nationales et puis le défilé civil.

Les majorettes

Il s’agit de ces jeunes filles désignées par le terme de majorettes de la 1ère  dame. Après 6 mois d’intense formation, elles ont rivalisé d’ardeur pour montrer ce qu’elles ont appris durant tout ce temps. Et pour ce qui est du résultat. Rien n’est à leur reproché.  D’abord, l’habillement des majorettes était à la hauteur de l’événement. Si certaines étaient habillées en bleu avec des cerceaux couvert de pagne rouge, d’autres l’étaient en blanc ou en fluor avec des gerbe de couleur jaune. En dehors de ceux-ci, d’autres majorettes en tenues traditionnelles sont venues exécutées des danses typiquement locales.  Tellement les figures démontrées ce dimanche dernier ont égayé les populations venues nombreuses pour assister à ces festivités que bon nombre n’ont pas à regretter d’être venues.

 

Les détachements étrangers

Après les majorettes, c’est le défilé militaire proprement dit qui a suivi aux alentours de 12h35. France, Burkina Faso, Congo, Gabon,  Niger, Sénégal, Togo, Ghana, et Nigéria, ce sont respectivement l’ordre de passage des 9 détachements étrangers venus participer au défilé militaire célébrant le cinquantenaire de l’indépendance du Bénin. Ce sont ces détachements qui ont ouvert le bal du défilé militaire. De tous détachements étrangers, seul, celui ghanéen était très attendu par les populations et les participants à la fête et ce à cause des différentes figures que ces soldats ghanéens réalisent pour égayer leurs admirateurs. .

 

Les détachements nationaux.

Tout juste après les détachements étrangers, les détachements nationaux ont pris la relève. Leur défilé a commencé par celui des organismes de formation à savoir des pelotons du lycée des jeunes filles des Natitingou, du Prytanée militaire de Bembéréké, de l’Ecole nationale de la gendarmerie, l’Ecole nationale supérieure de la police, l’Ecole nationale de la police, l’Ecole nationale des sous-officiers de Ouidah, l’Ecole nationale supérieure des armées. Après le défilé des organismes de formation, ce sont les détachements de la police nationale, de la douane, de la Direction générale des forêts et ressources naturelles, de la gendarmerie nationale, des forces aériennes, des forces navales, du service militaire d’intérêt national, de l’armée de terre et enfin deux bataillons de maintien de paix en Côte d’ivoire et au Congo Kinshasa.

 

Le défilé motorisé

Pas de grandes innovations à ce niveau car le nombre de véhicules qui ont défilé n’ont pas été si important comme il y 10 ans. Cependant, on a pu voir les motos et véhicule de la police, de la gendarmerie nationale, de la douane, des eaux et forets des sapeurs-pompiers du génie militaire.

 

Le  défilé civil

Pour ce qui est de ce défilé, il a commencé par les prestations des majorettes mais très tôt il a été écourté pour des raisons de temps. Donc, ce qui n’a pas permis aux populations d’apprécier les prouesses et autres figures pour démontrer leur adresse ou leur amour pour leur pays.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !