Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 06:48

Après une longue hibernation qui a duré plus d’une décennie, les chefs d’Etat des cinq pays membres du Conseil de l’Entente ont décidé unanimement de faire renaître de ses cendres tel un phénix la plus ancienne des organisations sous-régionales de l’Afrique de l’Ouest. C’était à la faveur du Cinquante et unième sommet du Conseil de l’Entente qui s’est tenu hier au Palais des Congrès de Cotonou en présence des chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres. ‘’Réforme du conseil de l’entente pour la relance de ses activités’’ est le thème choisi pour ce sommet. L’objectif principal est de procéder à la validation des audits commandités dans le cadre de la reformation du conseil pour en faire un véritable organe de politique d’intégration.

 

charles-élysée e.

Ils étaient tous présents l’Ivoirien Alassane Dramane Ouattara, le Nigérien Mahamadou Issoufou, le Togolais Faure E. Gnassingbé, le Burkinabè Blaise Compaoré, le 1er ministre Saïd Fofana de la Guinée Bissau représentant le président Alpha Condé et enfin Harouna Cissé ministre malien du dévéloppemnt social, de la solidarité et des personnes âgées représentant personnel du président Amani Toumani Touré et enfin leur hôte le Béninois Thomas Boni Yayi. L’honneur est revenu au secrétaire général du Conseil, Magloire Kéké Teti de planter le décor. Il a d’entrée de jeu marquer sa profonde gratitude au président Boni Yayi et à ses pairs pour les énormes efforts consentis pour l’organisation du présent sommet. Un sommet qui permettra de parachever les nombreux chantiers mis en route pour relancer le Conseil. Ainsi donc, Le sommet de Cotonou fait suite au sommet cinquantenaire du Conseil qui s’est tenu à Yamoussoukro en juillet 2009 où les chefs d’Etat ont manifesté leur désir de procéder à de profondes réformes en commanditant l’audit institutionnel, organisationnel et de gestion des organes du Conseil. Les résultats issus de ces audits permettront d’avoir une idée claire et de proposer  de nouvelles orientations au Conseil. C’est pourquoi il est convaincu qu’à l’instar de l’allégorie biblique dans laquelle Jésus dit à une petite fille morte :’’je te le dis lèves-toi’’ le Conseil de l’Entente se relèvera et occupera la place qui est la sienne. C’est sur cette note de foi qu’il a souhaité longue vie au Conseil.

Dans une déclamation poétique dont lui seul a le secret, l’éminent poète Eric Hector Hounkpè fera la genèse et l’historique du conseil en usant de l’allégorie du train qui va bientôt siffler de Cotonou à Niamey. Il a fini en invitant le Dr Boni Yayi et ses pairs à méditer sur la trilogie : ‘’refonder, défendre et moderniser’’  pour relever le défi du développement.

Enfin, le Dr Boni Yayi, dans son allocution officielle d’ouverture des travaux va rappeler qu’après leur rencontre du 11 juillet 2009 à Yamoussoukro, c’est avec satisfaction qu’il revoit ses pairs à Cotonou. Mieux, leur participation aux travaux est la preuve tangible de l’attention et de l’importance qu’ils accordent à la rénovation du Conseil. Il a ensuite rappelé les prouesses du Conseil et les projets générés dont la portée est restée limitée. Les différentes crises qu’a connues le monde entier ont secoué le Conseil et il a fallu de la détermination pour se retrouver en 2008 puis en 2009 pour évaluer et auditer les différents organes du conseil pour enfin amorcer des  réformes profondes. Toute chose qui permettra de renforcer le rôle du Conseil pour une plus grande intégration en donnant un contenu tangible à l’adage populaire :’’ l’Union fait la force’’. C’est pourquoi un comité a été mis en place suite aux travaux de Yamoussoukro. Mais il déplore que pour des raisons de contingences politiques, le comité n’a pas pu se réunir. Par contre, il se réjouit que le Conseil des ministres l’ait suppléé les 15 octobre et 4 décembre passés lors des travaux préliminaires qui ont eu lieu à Cotonou. Ainsi, c’est pour procéder à la validation de la charte du Conseil et à l’examen du projet du Fonds d’entraide et de garantie des emprunts du Conseil de l’Entente car l’heure a sonné de donner au Conseil les moyens de sa politique. L’obligation des résultats et la reddition des comptes qui sont deux concepts chers au Dr Boni Yayi sont revenus. C’est avec beaucoup d’espoir et d’expérience qu’il a déclaré officiellement ouvert les travaux du cinquante et unième sommet du Conseil de l’Entente. Il a fini en faisant un clin d’œil à tous ses pairs présents.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !