Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 06:36

(Le management du Dg Affo a encore parlé)

 

Akkilou yacoubou

Jamais deux sans trois, dit-on, après les emprunts obligataires  de 2000 et  de 2007, le tout dernier à savoir « l’Emprunt obligataire Caa-Bénin 6,5% 2011-2016», lancé le 3 octobre 2016 sur le marché régional financier de l’Uemoa suite au décret N° 2011-526 du 08 août 2011 faisant état de son autorisation par le gouvernement du Dr Boni Yayi, vient d’être couronné de succès. C’est ce qui sort du point de presse organisé le vendredi 11 novembre 2011 par le Directeur général de la Caa Bénin, Adam Dendé Affo, le Dg de Sgi Bénin, Antoine Zounon, et celui d’Actibourse, au siège de la Caisse autonome d’amortissement (Caa) pour annoncer la clôture de l’opération le 31 octobre passé et ce, dans les délais impartis. Sur un montant indicatif de 50 milliards avec une valeur nominale de 10000 Fcfa par obligations, un montant de 63.810.370.000 Fcfa soit à peu près 64 milliards, a été mobilisé. Ce qui fait que le taux des souscriptions est estimé à 128%. Un véritable succès connu en l’espace d’un mois qui a amené les organisateurs à ne pas prolonger la date de souscription car, dira le Dg Adam Dendé Affo, « le montant indicatif de l’emprunt a été atteint avant le 31 octobre 2011 ». Cette somme obtenue sera mise à la disposition de la Direction générale du trésor public et de la comptabilité publique pour le financement par le gouvernement des Programme d’investissements publics (Pip). Pour le Dg Caa, ces chiffres apportent la preuve indéniable de la réussite de l’opération et témoignent une fois encore de la qualité de la signature de l’Etat béninois sur le marché financier régional d’une part et de la qualité de l’organisation de l’émission d’autre part. Mieux, ce succès est le résultat de la grande crédibilité dont jouit le Bénin auprès de la communauté financière nationale et internationale grâce aux réformes mises en œuvre depuis 2006 par le gouvernement de Boni Yayi, a-t-il ajouté. Ce qu’a appuyé le Directeur général de Sgi Bénin, Antoine Zounon, dans le communiqué de presse. Compte tenu du taux d’intérêt s’élevant à 6,5%, les personnes physiques comme morales ont pris part à l’opération. Sur les 63.810.370.000 Fcfa, le montant des souscriptions pour le Bénin s’élève à 41,74 milliards soit 65,41%, Togo 11,35 milliards soit 17,79%, Côte d’Ivoire 7,24 milliards soit 11,35% et les autres pays de l’UEmoa 3,48 milliards soit 5,45%. Après avoir salué tous ceux qui ont pris une part active dans ce succès de 128%, un satisfécit a été décerné par le Dg Dendé Affo au consortium de Sociétés de gestion et d’intermédiation (Sgi) qui a dirigé de main de maître cette opération jusqu’à son couronnement. En ce qui concerne le remboursement des souscriptions, le Dg Caa rassure que les dispositions ont été prises par le Ministre de l’économie et des finances pour garantir non seulement le remboursement à bonne date des souscriptions mais aussi et surtout le paiement intégral des intérêts générés à chaque échéance.

 

Un savoir-faire encore récompensé

Organiser un emprunt obligataire n’est pas une petite affaire, le réussir jusqu’à dépasser les 100% est une toute autre histoire qui témoigne du dynamisme de ceux qui sont chargés de l’opération. Pourtant, c’est ce qu’ont réussi le Dg Caa et son équipe avec l’opération « Emprunt Obligataire CAA-Bénin 6,5% 2011-2016 » qui a connu une souscription à hauteur de 128%. Quand on connaît l’homme qui est à la tête de la Caa, cela ne devait pas surprendre puisque c’est un manager hors pair qui a une parfaite maîtrise du monde des finances et qui sait où piocher pour trouver les bons filons d’or et de diamant. Avec deux succès en l’espace 5 ans en matière d’emprunt obligataire, le Dg Caa confirme tout le bien que l’on pense de lui et démontre à juste titre que le Chef de l’Etat ne sait pas tromper en le nommant à la tête de cette institution qui ne cesse de l’appuyer dans l’atteinte de sa vision pour le Bénin. C’est pourquoi dans son discours, il a rendu grâce à ceux qui ne cessent de lui faire confiance à commencer par le président Boni Yayi, dont il a salué l’implication personnelle dans l’opération et la Ministre de l’économie des finances, Adidjatou Mathys, pour la confiance placée en la Caa dans la réalisation de l’emprunt obligataire. La bouche qui a gouté n’oublie jamais, vivement qu’il continue de mettre ses compétences aux services de la Nation pour que le président Boni Yayi continue ses actions de développement pour un Bénin émergent.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !