Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 03:12

Il y a 4 manières de perdre son temps selon Voltaire à savoir : ne rien faire, le mal faire, faire ce qu´on ne devrait pas faire, et faire à contre-temps. Cela semble devoir prendre corps au sein du gouvernement où on ne prend pas au sérieux l’aide que les pays étrangers essaient d’apporter au pays pour le sortir petit à petit des arcanes de la pauvreté. C’est la 2ème manière de perdre son temps, le mal faire, que le gouvernement  a mis en exécution pour ce qui est de la construction de l’hôpital chinois dans la commune de Parakou. Ce qui du coup a conduit à la scène à laquelle on a assisté la semaine écoulée  lors de l’inauguration de cet hôpital par l’ambassadeur de la Chine près le Bénin, Geng Wenbing. Et pour ce n’est pas pour rien que le président de la République, Boni Yayi, n’a pas cru devoir dépêcher ne fut-ce qu’un seul ministre à cet effet. C’est la directrice de cabinet (Dc) du ministère de la santé qu’il a envoyé là-bas pour le représenter, juste remplir une formalité. Une situation qui a fait dire à bon nombre de Parakois qu’il y avait anguille sous roche et qu’envoyer une Dc pour un tel événement où la Chine a débloqué d’énorme fonds, ressort comme une sous-estimation non pas de l’ambassadeur Geng Wenbing mais plutôt de la grande Chine toute entière par le Bénin. Un Bénin qui n’est qu’une fourmi devant le dinosaure (brontosaure) qu’est la Chine. En effet, de mémoire de Béninois, jamais un ambassadeur ou consul n’a autant montré au grand jour et devant les caméras son mécontentement ou pire sa colère envers les dirigeants du Bénin où il a été envoyé pour représenter. La colère de l’ambassadeur Geng Wenbing a sa raison d’être quand on sait que les promesses du gouvernement du Changement dont entre autres la viabilisation de la zone où est implanté l’hôpital, n’a pas été respectée. Pas d’eau ou d’énergie nécessaire pour ce grand hôpital pour le fonctionnement normal des appareils, viabilisation à l’eau ; tout simplement l’hôpital sur un espace de 2 hectares a été fait à-la-vite et de surcroît mal fait démontrant que les sous à mettre ont été détourné pour d’autres destinations, pour des fins uniquement utiles pour le gouvernement du Changement. C’est tout ce que les populations de Parakou ont appris et les poussent à soutenir l’ambassadeur Geng Wenbing dans sa réaction. Pour elles, l’ambassadeur doit aller loin afin que son pays tire ne serait-ce qu’un tout petit peu les oreilles au gouvernement du Changement. Yayi et son gouvernement ne sachant pas utiliser à bon escient les aides extérieures, n’œuvrent que pour leur seul bien et non pour celles des populations, ajoutent-elles. ‘’Le Mal faire’’ étant un fait dans la réalisation de l’hôpital, ce qui fait plus décrédibilisant dans cette histoire, c’est que Boni Yayi n’a pas su témoigner tout le respect qu’il faut à la Chine car si lui-même ne pouvait pas être à l’inauguration, il aurait pu se faire représenter par un ministre. C’est ce qui se fait en matière diplomatique et des erreurs pareilles ne se pardonnent pas. Une chose est sûre, c’est que la colère de l’ambassadeur Geng Wenbing ne restera pas sans répercussions sur le Bénin. A vouloir faire le malin, on finit par se faire des crocs-en-jambe. Comme le dit l’autre, avec le Changement de Boni Yayi, il faut toujours s’attendre à tout. Et ce ne sont pas les populations de Parakou qui en diront le contraire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !