Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 19:58
Cinquante ans dans la vie d’un homme ou d’une institution, ce n’est pas rien c’est même suffisant pour s’arrêter et faire le bilan pour voir les acquis les ratés et les faux pas posés pendant cette période. C’est à cet exercice de réflexion dont le thème est « cinquante ans d’indépendance et problématique de la propérité au Bénin » que le conseil économique et social a invité toute la communauté nationale et internationale le mardi 27 juillet 2010 dans la salle bleue du palais des congrès afin de continuer de poser les bons pas tout en corrigeant les mauvais. Durant trois jours c’est-à-dire le 27, 28, 29 juillet, plusieurs communications seront présentées par d’éminents professeurs d’université et des personnalités de la société civile. A cette grande cérémonie étaient présent le président de la République, le ministre d’Etat koupaki, le médiateur de la république, les présidents ou représentant des conseils économiques des voisins de la sous région le corps diplomatique et consulaire, les maires des communes du Bénin des honorables députés, plusieurs autres personnalités de marques et bien sur le président du conseil économique et social du Bénin Nicolas Adagbè qui est le premier à ouvrir le bal des allocutions. Il a pour commencer souhaité la bienvenue à toute l’assistance, fait l’historique de son institution et salué les éminentes personnes venu pour présenter les communications à cette occasion de bilan et de perspectives. Moment de rétrospection, cette première journée du colloque nous fait remonter dans le temps pour voir d’où nous sommes partis et avec qui. C’est à cette manœuvre de rétrospection que la représentante du Pnud, madame Nardos Békélé Thomas qui a pris la parole après le président du conseil économique et social a brillamment présenté à l’assistance. A propos elle a notifié trois constats sur l’évolution de l’Afrique depuis les indépendances : le retard de l’Afrique malgré ses efforts, la souveraineté économique qui n’a suivi l’indépendance politique et l’immense ressources naturelles dont regorge le continent mais l’extrême pauvreté dans laquelle vie la population. Après son analyse s’en ait suivi une déclamation poétique de Hector Hounkpè très apprécié par les participants parce que faisant le bilan du pays depuis les années 72. Et si cinquante ans après la balance penche plus du coté des échecs et des ratés, c’est dire que vous avez raté les 3/4de votre vie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !