Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 06:52
L’acquisition des machines agricoles par le gouvernement est l’un des sujets brûlants qui a nourri l’actualité nationale ces derniers jours. Un dossier pour lequel des députés ont interpellé le chef de l’Etat à s’expliquer sur l’état des machines et leurs conditions d’acquisition jugées obscures.Malgré les explications fournies par le coordonnateur national du Ppma, André Okounlola et les ministres envoyés par le gouvernement, les députés non convaincus, ont jugé de la nécessité de mettre en place une commission chargée de faire la lumière sur ce dossier. Cette attitude des députés n’a pas été du goût des bénéficiaires des machines agricoles qui ont décidé de donner de la voix. Ceci à travers une conférence de presse qu’ils ont organisé à l’hôtel Peace and Love. Réunis au sein des collectifs des utilisateurs des machines agricoles et de l’union nationale des bénéficiaires des machines, Etienne Séro Moïse, président de l’Unbma, Amadou Issifou, président régional des gros producteurs, Orou Zimé Bio Tian, Nouwagbé Amowossé et les autres ont tenu à dire leur ras-le-bol aux députés qui selon leurs propos, sont contre les producteurs. Pour Etienne Moïse Séro, l’idée de se retrouver au sein d’un creuset a germé du fait des nombreuses campagnes d’intoxications lancées à l’encontre du Programme de promotion de la mécanisation agricole (Ppma) dont l’objectif principal est d’assurer au Bénin une indépendance alimentaire. Il s’agit pour ce collectif de défendre les intérêts de tous les bénéficiaires des machines agricoles. S’appuyant sur l’expérience des Cuma, le coût des tracteurs 60 chevaux est de 8 millions et 9 avec charrue. Mais avec le gouvernement du changement, le chef de l’Etat ayant pris conscience des difficultés des producteurs béninois d’acquérir ces machines, a initié le Ppma. Un projet qui leur a permis d’acquérir les machines à 6 millions et non à 8 ou 9 avec des conditions de paiement très relaxes (à crédit et sans intérêts).Et aujourd’hui les résultats lui donnent raison. Puisque la production a sensiblement augmenté. Les conférenciers n’ont pas manqué de remercier le gouvernement pour son engagement et ont souhaité au nom de tous les producteurs, une attribution plus significative afin d’accompagner le chef de l’Etat, dans sa lutte contre l’insécurité alimentaire dans notre pays. Amadou Issifou dans son intervention, dit ne pas comprendre la réaction des députés. Pour le président régional des gros producteurs de vivres, les députés ne sont pas contre les Ppma mais plutôt contre les producteurs. Depuis le début de ce programme, aucun producteur ne s’est encore plaint, preuve selon lui que tous les acteurs de cette chaîne sont satisfaits de l’initiative du gouvernement. ‘’ Les producteurs n’accepterons plus que les députés viennent mettre du sable dans leur gari….De toute façon nous les attendons dans quelques mois,…Nous allons sévir à travers les urnes ’’. Ce sont là quelques uns de ses propos. Orou Zimé Bio Tian, membre influent de l’une des structures chargées de défendre les intérêts des producteurs va abonder dans le même sens que ses prédécesseurs. ‘’C’est avec consternation que nous suivons nos honorables députés dont les réactions et autres interventions donnent l’impression qu’ils sont contre nous… Aujourd’hui nous avons plus de 300 demandes de machines agricoles en cours… Nous leur demandions de se rapprocher des producteurs pour s’enquérir de ce qui se passe avant toute réaction.’’ a-t-il déclaré pour mettant ainsi terme à cette sortie médiatique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !