Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 06:37

Akkilou Y

 

Depuis quelques heures, plusieurs grands hommes d’affaires ont foulent le sol béninois dans le cadre de la réunion de la Conférence permanente des chambres consulaires africaines et francophones (CPCCAF), un réseau solidaire de coopération économique et institutionnelle au service du secteur privé africain et francophone. Cette initiative qu’organise la Ccib de Ataou Sofiano vient rehausser l’image de notre pays et surtout de la Refondation qui a besoin de tels événements et de tels hommes pour sa marche inexorable vers l’émergence. Pour cause, elle accueille un nombre impressionnant d’hommes d’affaires comme le Bénin n’en a jamais connu par le passé car il s’agit de 50 plus grands hommes d’affaires de la Tunisie, 70 de la France, du Canada, de la Belgique, du Luxembourg, et de plusieurs autres venus de 24 pays du continent africain. Parmi ces hommes qui sont venus honorer de leur présence cette rencontre dont l’hôte est le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Ccib), Ataou Sofiano, il y a le président de la chambre de commerce de Paris, du Québec, de Versailles, de la Belgique et ceux de plusieurs pays africains. A en croire les personnes proches de l’organisation de cette Conférence permanente des chambres consulaires africaines et francophones, il est attendu 300 opérateurs économiques dont plus de 90% y sont pour la première fois. Au programme, il y aura des rencontres b to b, des partenariats, des réunions d’affaires et surtout l’élection du nouveau président de la Cpccaf. En somme, un programme bien achalandé pour agrémenter cette rencontre et qui aura un impact positif sur le pays. Un mérite qu’il faudra reconnaître au président Ataou Sofiano pour avoir su faire venir dans un petit pays comme le nôtre tant de personnalités.

 

Le Bénin va regretter son départ

Organiser une telle rencontre alors qu’on est sur le point de partir, il faut oser le faire car ce n’est pas donné à tout le monde. Ils sont nombreux ces hommes qui  ne font plus rien pour leur pays dès qu’ils sentent qu’ils sont partants. Mais pour le président de la Ccib, c’est le contraire puisque c’est en ce moment qu’ il continue de montrer sa force de frappe en faisant venir au Bénin autant d’hommes d’affaires de divers horizons. Cette prouesse qu’il vient de réussir est la marque des grands hommes pour qui toute annonce de départ n’est qu’un autre départ. C’est la preuve que Ataou Sofiano chausse du 45 et non 32 que certains se bornent à porter jalousement sans chercher à évoluer. Aussi, cela est-il une indication du chemin à suivre par Karamatou Ibikounlé afin qu’elle lui emboite le pas pour que le dynamisme insufflé à la Ccib par Ataou puisse continuer et ce pour le grand bonheur des opérateurs économiques béninois. En définitive, c’est le Bénin qui va regretter son départ car son dynamisme va manquer au monde des affaires au Bénin. La preuve, au cours de cet événement, il y aura aussi des visites de sites touristiques comme à Ouidah, Abomey et Ganvié. Toute chose qui va contribuer à renforcer l’image du Bénin dans le cœur de ces hommes d’affaires qui garderont de bons souvenirs du Bénin et surtout qui n’hésiteront pas à venir non seulement en visites touristiques mais aussi et surtout pour  investir. Telle la mort du vieillard africain assimilée à une bibliothèque qui brûle par Amadou Hampaté Ba, le départ de Atou de la Ccib sera une grande perte dans le monde des affaires au Bénin, un véritable trou pour la Ccib.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !