Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 06:12

(L’ancien procureur dans la même prison que les prévenus)

 

Lydia Touré

Après la fermeture de la prison de Guantanamo,  on peut dire que l’expérience américaine a fait école et a même des émules au Bénin.  En effet, avec les nombreuses affaires qui parsèment le parcours de fin de cycle du changement, le dire ne serait que rendre témoignage de ce qui se passe sur la terre des Bio Guerra, Béhanzin, ces derniers mois. Nous le disions dans une de nos précédentes parutions que les raisons de la détention de l’ancien procureur Général, Amoussou Constant défiaient le bon sens pour peu que l’on veuille avoir un regard juridique sur l’affaire même qui l’y a conduit. Aucun élément convaincant qui puisse justifier qu’un homme aussi important de l’appareil judiciaire soit avec une telle facilité jeté en prison.  L’instruction prenant visiblement des tournures politiques, on est loin du jour où on pourrait véritablement dire sur quelle base,  et en fonction de quels éléments,  le procureur de la République a  fini là où il se trouve actuellement, c'est-à-dire à la prison de Akpro-Missérété. On en était encore là,  quand des informations persistantes  firent état de ce que  dans le cadre de l’affaire Dangnivo, du nom de ce cadre des finances porté disparu depuis le 17 aout, certaines personnes malintentionnées s’apprêteraient à faire citer le nom du procureur emprisonné. Des sources affirment que bien qu’étant physiquement  absent au moment des faits,  un homme bien placé dans le système aurait insisté afin que l’ancien procureur soit d’une manière ou d’une autre impliqué. La première partie de ce plan vient d’être mise en branle en début de week-end dernier. En effet, toutes les personnes arrêtées  dans l’affaire  ont diligemment été  transférées dans la prison civile de Missérété depuis vendredi dernier.  Ce qui laisse présager que les premières informations n’étaient pas mauvaises.  Pire, les nouveaux venus ont été installés  dans le même bâtiment que le procureur  Constant Amoussou, afin de lui coller  une charge qui le clouerait en prison. Une façon à peine voilée  de finir le travail de sape entrepris depuis longtemps contre le procureur constant Amoussou qui en sait certainement plus qu’il en faut et qui est désormais l’homme à abattre. Ce qui apporte de l’eau au moulin de ceux qui ont toujours affirmé que l’affaire Icc est une affaire brulante  dans laquelle plusieurs  cadres de l’administration sont impliquées.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !