Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 04:00

Jk

Tout vient à point à celui ou plutôt à celle qui sait se donner les voies et moyens pour réussir dans le monde des affaires. C’est le cas l’opératrice économique Karamatou Ibikounlé qui au-delà de son expérience sans cesse renouvelée d’élue consulaire à Ccib depuis 25ans, a tout pour succéder dignement à Ataou Soufiano afin de parachever son œuvre entamée et d’ouvrir d’autres horizons de développement au Bénin. La preuve, elle est la première importatrice du riz au Bénin. A cela, il faut ajouter sa force de frappe dans le domaine des oléagineux puisqu’elle est à la tête du Complexe oléagineux d’Agonvy (Coda-Bénin) à Ikpinlè. Fort de sa puissance dans le monde des affaires, celle qu’on surnomme « La Dame qui gagne » a de quoi foutre la trouille à ses adversaires à la course à la tête de la Ccib, qui ne manquent pas d’inspiration et surtout ne savent plus où donner de la tête. C’est pourquoi toutes les associations d’opérateurs économiques aux côtés du président sortant, Ataou Soufiano, sont aujourd’hui acquises à sa cause n’en déplaise aux autres candidats. Ces opérateurs savent qu’avec elle, leurs activités ne peuvent qu’aller de l’avant parce qu’elle n’est pas une inconnue. Elle est déjà moulée à la sauce Ccib depuis 25 ans. Un soutien de taille qui permet à Ibikounlè de prendre le large sur ses concurrents. Même les ministres qui vadrouillaient, ont compris qu’ils faisaient fausse route. Aujourd’hui, presque tous les ministres se réclament d’elle car les deux ministres qui affichaient leur préférence pour Satchivi, regardent maintenant du côté de Ibinkounlé. Et il n’en pouvait être autrement quand on sait que leur boss, le président Boni Yayi, a fini par laisser transparaître son choix, celui d’une femme à la tête de cette instance dirigeante. Voilà qui donne encore de crédits à cette dame dont les soutiens donnent de l’insomnie à ses adversaires. De toute façon, une femme comme présidente de la Ccib, les Béninois ou les 52% de la population n’en demandent pas mieux car cela va insuffler une nouvelle dynamique à cette institution. De plus, l’expertise féminise n’est pas à démontrer dans le monde du commerce au Bénin. Avec une telle coalition composée de la mouvance Yayi-Ataou, des associations d’opérateurs économiques et des ministres, on ne peut pas dire que la victoire de Ibikounlé n’attend que les élections pour la plébisciter.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !